Nous préparons la
VERSION 3
WSA FOREVER ♥️

Partagez | 
 

 Un monde de livres à vos pieds [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Un monde de livres à vos pieds [Libre]   Jeu 19 Juil 2012 - 19:48

« Pour aller à la librairie du magasin, vous continuez tout droit, puis vous prenez à droite et ce sera la boutique juste en face de vous. »

Je remercie chaleureusement l’employé avant de m’éloigner à petits pas. Décidément, je ne pensais pas que je passerais toute mon après-midi à sillonner le Centre Commercial. N’étant encore jamais venu depuis mon arrivée à Middle Fawkes, quelle ne fut pas ma surprise de constater l’ampleur du bâtiment. Des boutiques à perte de vue se présentent à moi et, même si la plupart ne me concernent pas, je dois avouer que j’en admire la multiplicité et la diversité. J’ai appris, à ma grande surprise, qu’il y avait des galeries entières destinées à la vente de timbres. Intéressant, non ? Je doute, néanmoins, que les motifs de ceux-ci aient une quelconque signification pour les destinataires. Tout en observant les alentours, je me dirige vers le point que l’on m’a indiqué. Et dire que je suis passé des dizaines de fois dans cette allée sans jamais remarquer la boutique qui m’importait. Pour ma défense, je peux simplement dire qu’il y a beaucoup de monde en ce week-end de vacances scolaires. Bah oui, les adolescents qui n’ont plus école en profitent pour venir flâner dans les commerces urbains. Pas forcément pour acheter, non, non, mais juste histoire de faire quelque chose. Je ne comprendrai jamais ce qu’il y a de captivant à parcourir des boutiques pour le simple plaisir des yeux. Généralement, quand tu prends la peine de te déplacer dans un Centre Commercial, c’est parce que tu as besoin d’y acheter quelque chose, non ? Apparemment, tout le monde ne fonctionne pas de cette manière. Mais bon, ce n’est que ma vision des choses. Si ça peut les empêcher de traîner les rues et d’y commettre quelques bêtises, pourquoi pas. J’évite de justesse un groupe de filles apparu comme par enchantement devant moi (à moins que mes pensées ne m’aient momentanément transporté dans une autre galaxie), puis je prends à droite à la première intersection. Ah, la voilà ma librairie ! En plus, un gigantesque logo en forme de livre m’indique clairement que c’est bien ici. Comment ai-je fait pour ne pas le voir ?

Ravi, j’entre dans la boutique. Bizarrement, il n’y a pas foule. Quoique, c’est plutôt logique en fait. Les cours étant terminés, les lycéens et étudiants n’ont guère envie de se replonger aussi tôt dans de la lecture. Seuls les passionnés savent faire la différence entre une lecture imposée et un plaisir de voyager entre l’univers des auteurs. J’estime en faire parti. J’aime partir à la découverte de nouvelles histoires, m’évader dans de nouveaux mondes. Les personnages imaginaires ne me causent pas de problèmes, eux, et je reste à chaque fois stupéfait devant leur réalisme et leur humanité. Ils sont comme nous, à quelques détails prés. Par exemple, nous ne lançons pas de sortilèges à l’aide d’une baguette magique, mais nous savons faire preuve de loyauté lorsque l’occasion se présente à nous. Hélas, l’être humain est bien trop lâche. En fais-je parti ? Sans doute. Las, laissons-là ce chapitre, je pourrais passer des heures à discuter littérature ou à me remettre en question. D’un pas tout excité, je m’aventure à travers les étagères. Hum, cette odeur du papier qui flotte jusqu’à mes narines, n’est-ce-pas délicieux ? Je m’égare, je m’égare. Je salue d’un signe de tête l’une des vendeuses, puis je me dirige vers le rayon jeunesse. Enfin, pas les livres pour bébé qui parlent d’animaux, hein. Non, mais plutôt le genre science fiction pour adolescents. J’ai l’intention d’acheter le dernier tome de Hunger Games, afin de savoir ce qui va arriver à Katniss Everdeen. Bien que l’histoire d’amour qui la concerne ne m’intéresse pas le moins du monde, je me demande comment la rébellion va se manifester dans Panem. En achetant le livre aujourd’hui, je devrais pouvoir le terminer d’ici demain matin et ainsi avoir les réponses à l’ensemble de mes questions. D’une main experte, je frôle les différents ouvrages qui ornent les étagères. La plupart me sont connus, tandis que d’autres trouveront bientôt une place dans ma bibliothèque. Le tout étant d’avoir de l’argent à disposition.

La Révolte. La voilà, cette couverture bleue ciel qui me fait saliver depuis deux jours. Fébrile, je prends le livre en main, presque en extase devant tant de magnificence. Faut vraiment que je me calme, moi. Je parcours rapidement les pages, comme si celles-ci pouvaient mettre immédiatement un terme à toutes mes angoisses. Je referme le livre d’un coup sec. Ne trichons pas. D’ordinaire, je regarde toujours un peu au hasard, histoire de savoir si mes personnages préférés sont toujours vivants à tel ou tel chapitre du roman. Même si ça me révèle de nombreux indices sur la continuité du récit, cela me rassure tout de même de savoir que je ne serais pas triste. Ou, pas entièrement. En revanche, lorsque je m’aperçois qu’un personnage disparaît complètement, la panique s’installe peu et à peu et je ne peux m’empêcher de chercher le moment où il s’évapore. Cette fois-ci, j’ai décidé de ne pas procéder de cette manière. Je veux que la surprise soit totale. Je ne désire pas faire comme le dernier Harry Potter, où un douloureux passage m’a indiqué la mort de Dobby. J’ai déprimé durant toute la première partie du livre, c’est dire. Bref. Une fois le livre bien en main, je fais volte-face. Je flâne encore un peu entre les ouvrages, tout en caressant d’un air protecteur ma nouvelle acquisition. Plus qu’à passer à la caisse et le tour est joué. La boutique est toujours aussi déserte, même si quelques curieux se déplacent ici et là. Rien de bien sérieux, selon moi. Aucun d’entre eux ne peut comprendre le pouvoir de la littérature, c’est indéniable. Deux jeunes filles gloussent devant la couverture d’un bouquin, me tirant ainsi de mes rêveries. Bizarre. Tout en marchant, je les regarde d’un air intéressé. Qu’ont-elles à s’amuser devant ce livre ? Hélas, un choc me sort brusquement de mes pensées. Je viens de buter contre une petite étagère et des dizaines de livres se sont répandus sur le sol. Des regards amusés se tournent vers moi. Je me sens rougir jusqu’à la racine de mes cheveux. Oups :


« Mince. »

Je m’agenouille afin de réparer ma bêtise. Quel maladroit je fais.
Revenir en haut Aller en bas
» potins : 197
» double compte : Saleisha A. Jones

avatar
OMG! Allan M. Millers is gorgeous!

MessageSujet: Re: Un monde de livres à vos pieds [Libre]   Ven 27 Juil 2012 - 13:05


Milo & Allan





Un monde de livres à vos pieds


Pourquoi Allan avait il dû aller acheter un livre pour sa mère? Un livre! Acheter un livre signifiait aller dans une librairie. Oui, une librairie, l'endroit où les intellos trainaient même pendant les vacances, mais où Allan ne mettait les pieds qu'en début d'année, pour aller acheter les livres requis pour l'année. enfin il ne s'en donnait la peine que s'il ne trouvait personne pour s'en occuper à sa place. Mais cette fois-ci, Allan n'avait pas le choix, il devait entrer dans cet établissement. Droit devant la rue, il pouvait très bien voir l'enseigne indiquant la boutique. Une fois de plus depuis qu'il était sorti de chez lui, il laissa échapper un soupir d'exaspération, en pensant qu'il mettrait une heure pour trouver le bon rayon, puis le bon livre, et puis pour payer à la caisse, avec cette vieille femme rabougrie qui portait des lunettes sur le bout du nez qui ne lui servaient à rien. De plus, elle cherchait toujours comment faire fonctionner la caisse, alors qu'elle devait travailler dans ce coin poussiéreux depuis plus ou moins deux cents ans. Non, Allan n'exagérait pas du tout. Il était juste de mauvaise humeur. Mais c'était pour sa mère, et il ne pouvait pas vraiment le refuser... Mettant un pied devant l'autre, les mains dans les poches, des lunettes de soleil sur le nez, Allan avançait tout au long de l'allée, jusqu'à arriver devant la librairie tant détestée. Il aurait été tellement mieux ailleurs que dans ce centre commercial inutile... D'un geste aisé, un sourire confiant sur les lèvres, Allan releva les lunettes de soleil et les plaça sur sa tête.

Une fois devant la devanture, Allan se força à y entrer, puis regarda à sa gauche, où se trouvait, comme d'habitude, la vieille libraire bigleuse, qui tentait, comme d'habitude, d'encaisser un livre. Allan laissa échapper un ricanement discret, qui lui valut un regard assassin de la libraire. Allan tourna la tête, et passa devant certains rayons. Puis il tourna dans un rayon au hasard, pour entendre un fracas. Il jeta un coup d'oeil, et repéra un tas de livres au sol, dont celui qu'il cherchait. Parfait. Puis il regarda la personne accroupie juste à côté. Milo quelque chose, il pensait e souvenir. un jeune avec du potentiel, qui avait refusé de sympathiser avec Allan. Mais il n'avait pas supporté cela, et depuis, Allan s'amusait à l'embêter. Il avança d'un pas vif devant Milo, puis s'arrêta, et croisa les bras. Un soruire amusé se dessina sur ses lèvres, et il profita que le jeune lycéen était occupé à ranger les livres pour donner un léger coup de pied dans celui qui l'intéressait.

"-Eh Larbin, tant que t'y es, rammasse ce livre et donne le moi, j'ai pas envie de me baisser.


©Sushi SaléXXXXX

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Re: Un monde de livres à vos pieds [Libre]   Sam 28 Juil 2012 - 14:22

Tiens, je ne connais pas ces bouquins. Je saisis l’un d’eux puis je m’attarde sur sa couverture. D’un geste, je le retourne. Je lis rapidement son résumé, tout en étant toujours agenouillé sur le sol. J’ai l’air un peu idiot, mais je m’en fiche. Plus personne ne fait attention à moi et la plupart des livres sont déjà ramassés. Il n’en reste plus qu’une poignée qu’il me suffira de ranger bien gentiment sur leurs étagères. Ma maladresse m’a permis de découvrir un nouveau roman, intitulé La Cité des Ténèbres, et je n’ai guère envie de passer à côté. Ce nom me dit quelque chose, mais je dois avouer que l’auteure m’est complètement inconnue. Soudain, des images me reviennent. Des souvenirs, en fait. Un article de presse. Ce livre sera adapté au cinéma d’ici l’an prochain et l’on y retrouvera, si je ne m’abuse, l’actrice Lily Collins, la fille qui a joué Blanche-Neige récemment. Je ne suis pas très fan des livres adaptés au cinéma, surtout depuis les Harry Potter (mis à part le dernier qui est excellent). Néanmoins, Hunger Games m’a bien plu et j’ai adoré la prestation de Jennifer Lawrence dans le rôle de Katniss. Tant de charisme, tant d’émotions. J’en frissonne encore. Pourtant, une pointe de nostalgie m’envahit. J’ai vu ce film lorsque j’étais encore à Chicago, alors que mes parents s’occupaient des cartons pour le déménagement. Dégoûté de quitter ma ville natale, je ne les ai pas beaucoup aidé et ma sœur m’en a voulu durant plusieurs jours. La pauvre, elle qui était obligée de s’y atteler... Fin bref. Avec un peu de chance, j’aurais le même plaisir à regarder ce futur film. Je m’égare. Décidé, j’en prends un exemplaire au passage et je continue de ramasser les autres bouquins qui traînent sur le sol. Soudain, un léger choc propulse un livre sur le côté de ma main droite. Intrigué, je lève la tête et soupire de lassitude. Son ordre me laisse de marbre et je poursuis mon rangement tout en lui lançant d’une voix atone :

« On ne vous apprend pas à vous baisser durant vos séances de sport ? Moi qui pensais que vous faisiez autre chose que de taper dans un ballon, je suis bien déçu. » Je me tais quelques secondes, le temps de laisser monter la colère chez mon interlocuteur, puis je reprends d’une voix posée : « Mais bon, si tu n’as pas envie de te baisser, je n’ai pas envie non plus de te le donner. »

Sur ces mots, je range les quelques livres qui traînent encore, dont celui qu’il a projeté vers moi. Puis, je me relève et sonde du regard le nouveau venu. Allan Millers. Je me souviens du jour de notre rencontre. Il est venu vers moi afin de me proposer son amitié (à défaut de meilleur terme). J’aurais pu être flatté qu’une personne aussi populaire vienne vers moi, mais j’ai appris à me méfier avec le temps. Je voyais comment il parlait aux lycéens, ceux qui sont plutôt en marge au campus. Il les traitait comme des esclaves et passait son temps à se moquer d’eux. Qu’aurais-je fait avec un mec comme ça ? Je n’ai rien d’une star et je n’ai guère envie d’être populaire. Ma petite vie tranquille et ma solitude me conviennent parfaitement. De quel droit voulait-il changer tout cela ? Dès lors, je n’ai pas eu besoin d’hésiter longtemps et j’ai été franc avec lui dès le début. D’une voix calme, je lui ai déclaré qu’il était trop différent de moi et que je n’avais pas ma place parmi ses camarades. Mon Dieu, qu’est ce que je n’avais pas dis là… Il l’a très mal pris et je ne sais toujours pas pourquoi. Peut-être a-t-il l’habitude d’avoir tout ce qu’il désire ? Peut-être n’a-t-il jamais été rejeté et que ce premier échec l’a blessé dans son orgueil ? Je l’ignore. Mais je n’allais pas devenir une autre personne rien que pour ses beaux yeux. Il devra faire avec. Quoi qu’il en soit, depuis cette conversation tumultueuse, il n’arrête pas de s’en prendre à moi. Dans les couloirs du campus, il m’en fait voir de toutes les couleurs. Que ce soit par des moqueries incessantes ou des actes plus répréhensibles, je ne suis jamais tranquille lorsqu’il est dans les parages.

Pourtant, je n’ai pas peur de lui. Il a beau essayer de m’intimider de toutes les façons possibles et inimaginables, je sais que jamais je ne m’abaisserai à satisfaire ses caprices. Parfois, je lui tiens tête et je pense à chaque fois que je finirai avec un œil au beurre-noir. Mais, il ne m’a encore jamais frappé. Qu’il essaye. Je ne pourrai pas lutter contre autant de muscles, mais qu’il ne me sous-estime pas. Je n’ai peut-être pas la force de lui causer beaucoup de dégâts, mais je sais les points stratégiques que l’être humain peut avoir. Je ne pense pas qu’il soit foncièrement méchant. En tout cas, il n’a pas l’air d’être violent. Toutefois, cela ne l’empêche pas d’être énervant et qu’est ce que j’aimerais de ne plus le voir ! Je pensais que les vacances me débarrasseraient de lui pendant deux mois. Et bah nan, le voilà qui débarque devant moi à me chercher des noises. Pour changer. Je reste calme face à ses attaques. La parole est souvent plus efficace que les poings et s’il cherche la bagarre, je suis sûr que mes paroles cinglantes sauront percer sa carapace de fer. Je le toise du regard.
Revenir en haut Aller en bas
» potins : 197
» double compte : Saleisha A. Jones

avatar
OMG! Allan M. Millers is gorgeous!

MessageSujet: Re: Un monde de livres à vos pieds [Libre]   Mer 29 Aoû 2012 - 8:11

Allan se tenait là, bras croisés, son sourire supérieur de toujours scotché sur son visage. Quel bonheur il ressentait là. Depuis le Spring Break, il faut dire qu''il ne sortait plus. Même Jules et Hell se faisaient rares dans sa vie. Il ne savait même pas ce qu'ils devenait. Il n'allait même pas à la fête de Sebastian Lewis, dont tout le monde parlait en ville, à en croire sa soeur. Si tout le monde en parlait, c'était bien que tout le monde y serait. Comment pouvait on s'amuser un mois et demi après la mort d'une personne des plus influentes de la ville? Il ne pouvait se sentir parfaitement à l'aise autour de tous ces gens riant et buvant. et le tueur de Brittany, sûrement se retrouverait il dans cette fête..? Allan ne parvenait pas à ôter de sa tête tous ces témoignages qu'il avait vu le lendemain du Spring Break, de tous ces gens que Brttay détestait. Ils disaient tous la même chose. Elle était belle, gentille, intelligente, et tout le monde l'aimai. Bien entendu, à les croire, elle était la meilleure amie de tout le lycée. Lorsqu'il avait vu tout ça, allongé dans son lit, Allan avait voulu rire, jusqu'à n'en plus pouvoir. Rire jusqu'à ce que ses côte tentent de se déchirer, que la pression du rire sur son souffle soit trop forte. mais rien n'était sorti de sa gorge. Au contraire, une boule s'était formé dans son estomac, et il aurait voulu éteindre la télévision, qui diffusait tous ces mensonges. Ces adolescents détestaient tous Brittany, et ce n'était un secret pour personne, qui comptaient ils tromper ainsi? Voir Milo ainsi lui avait rappelé cette journée horrible, ou Brittany l'avait hantée toute la journée. Cela lui avait rappelé avant qu'elle disparaisse. Ils étaient les rois du lycée, le monde leur ouvrait les bras. Mais tout avait changé, et tout était différent. Le temps que Milo réagisse et lui réponde, Allan s'appliqua à baisser le regard dédaigneusement vers lui.
Milo répondit sans aucune peur au jeune étudiant. Il avait l'air de savoir garder son calme, chose qu'Allan ne supportait pas. Ce qui le satisfaisait? Inspirer la crainte, le dégout. Voir les autres se faire petits dès son passage. Sans aucun doute, il aimait se sentiment de supériorité qui régnait dans son corps lorsqu'il était au lycée, et que les jeunes lycéens se reculaient lorsqu'ils arrivaient un peu trop près de lui. Mais il faut croire que Milo n'était pas l'un d'eux, malheureusement. Cela aurait été trop facile. Très bien, Milo le provoquait, il en tenait compte. Il n'allait pas se laisser dominer par un aussi faible lycéen que Milo, oh, ça, non, il en était hors de question! Mais la réflexion de ce dernier ne fit pas redoubler le sourire d'Allan, loin de là. Le sourire d'Allan retomba. Comment osait il le provoquer? Très vite, il serra les poings, se contrôlant pour ne pas lui jeter un livre dessus. Colérique, Allan? Vous croyez? On n'avait jamais pu dire qu'il était sage comme une image. Même lorsqu'il n'était que bébé, c'était un petit diable. Tirer les cheveux des filles, piquer le seau des plus petits au bac à sable... Allan martyrisait les plus faibles que lui depuis toujours, et ce n'est pas aujourd'hui que cela changerait. La seconde réflexion de Milo eut pour effet de faire perdre tout sourire à Allan. Comment pouvait il oser lui tenir tête? Ce n'était pas parce qu'on était loin du lycée que les règles de cette jungle changeaient. A vrai dire, Milo n'avait jamais voulu se plier docilement à Brittany, ou Allan... Mais un jour ou l'autre, il finirait par se plier à Allan, il en était persuadé. Enfin, Allan avait beau croire tout ce qu'il voulait, il n'en était pas moins brutal. Et il savait ce qu'il voulait. Ca l'amusait tellement, de se senti en situation de supériorité ainsi. ses gros bras l'avantageaient, mais qu'en était il du cerveau? Voir Milo oser se lever afin de se mettre à la hauteur du supposé roi du lycée n'avait pas aidé Allan à sourire, bien a contraire, toute trace de son sourire avait bel et bien disparue. Mais voir Milo se rebeller ainsi ne lui plaisait pas. La voix d'Allan se fit glaciale, ses muscles se contractèrent. Il le toisa du regard, puis d'une voix sèche, sans développer, il ne prononça que quelques mots.

"-Ramasse. Pour qui tu te prends?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG! Contenu sponsorisé is gorgeous!

MessageSujet: Re: Un monde de livres à vos pieds [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un monde de livres à vos pieds [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Riesling du monde!
» Championnat du Monde Mah-jong
» où acheter livres, jeu japonais et jeton pour le riichi ?
» Le Livre des Merveilles ("Le Devisement du Monde") - Livre premier
» Warhammer...Vente de livres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ҩ I know what you're keeping. :: play with me :: 
WSA Version 1.0
 :: 
Ϟ Le cimetière des RP
-