Nous préparons la
VERSION 3
WSA FOREVER ♥️

Partagez | 
 

 GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Sam 25 Aoû 2012 - 1:46


Jensen Ҩ Nathan
« Windows a détecté que vous n’aviez pas de clavier. Appuyez sur ‘F9′ pour continuer. »


L'air lui gifflait le visage, mordant ses joues rougies par le froid et griffant ses oreilles glacées. La vitesse dégageait son front de ses cheveux. Nathan voulut fermer les yeux pour apprécier cette sensation de liberté jouissive, mais c'aurait été inconscient. Les voitures roulaient tout contre lui, frôlant ses jambes et ses coudes, dépassant ce cycliste du soir.
Pédaler n'était pas dans les habitudes de Nathan, mais sa voiture avait eu raison de lui. Il s'était contenté de l'abandonner devant le garage, la gardant totalement immobile et silencieuse, ronchonne. Pour éviter d'être en retard, il avait enjambé son vélo et ses jambes s'étaient mises à dessiner des cercles autour du mécanisme. L'enchaînement des maisons, toutes similaires, l'amusait terriblement. Quittant les résidences, dépassant la Student Coloc où vivait Lullaby, Nathan tourna dans la Madison Avenue. Le décor changea du tout au tout. Les petites maisons individuelles remplacées par les devantures des boutiques illuminées. Les vitrines alléchantes et les terrasses de restaurants encore vides. Nathan vira sur le trottoir, et descendit de sa bicyclette encore en mouvement. Il apposa celle-ci contre un poteau, et s'attarda sur l'anti-vol qu'il déplia avec soin avec de clipser. Il retira la clef et l'enfonça dans sa poche. Au dessus de lui, les lettres rouges de l'Italian Resto l'appelaient à un nouveau soir en tant que serveur. Chose que Nathan n'appréciait guère. Mais sans aucun salaire, Nathan n'aurait pas pu subvenir à ses propres besoins. C'était en ce sens que le jeune homme s'était découvert une certaine responsabilité et plus encore, une convaincante autonomie. Se dirigeant d'un pas mou vers le porte du restaurant, Nathan fut intrigué par une clochette. Sa tête faillit s'arracher tant son mouvement fut brusque. Il porta immédiatement la main à sa nuque meurtrie et se massa vivement. Devant une boutique non loin de là, un jeune homme balançait sa main en guise de salutation. Son sourire vint arracher un rictus à Nathan, qui le reconnut sans mal. Lâchant ses cervicales, Nathan salua également le brun. Peut-être l'un des seuls geeks de Middle Fawkes. Jensen Bush.

- FLASHBACK -

Nathan ramena son jean sur ses fesses, et ajusta son caleçon. Il ferma le bouton et monta la fermeture éclair en évitant de se pincer les doigts. Il farfouilla ensuite dans une panière et choisit soigneusement une ceinture en cuir noir. Il l'enfila dans les anses de son jean et la boucla devant lui. Il saisit son déodorant et s'en aspergea le buste et les aisselles. Il enfila un tee-shirt gris qu'il contrasta avec une veste à capuche légère en coton bleu marine. Il ancra ses pieds dans ses baskets et vérifia son apparence dans la glace. Non pas que Nathan soit coquet ou pis, superficiel, mais il se devait d'être à la hauteur de l'évènement. En effet, le jeune homme avait un rendez-vous.
Son invité du jour se prénomme Jensen Bush. Il a quelques années de plus mais ce genre de détail n'a pas la moindre importance aux yeux de Nathan. Il ne sait que brièvement à quoi il ressemble. Leur rencontre s'est faite par l'intermédiaire d'un écran, d'une souris, et d'un clavier. Un Worgen sombre et poilu. Un Chassou entouré de ses ours salivants. Voilà ce à quoi Jensen et Nathan ressemblaient, la première fois qu'ils se sont vus. Le loup-garou brandissait sa hache lisse et brillante pour contrer les monstres menaçant, l'humain envoyant ses créatures parées au combat pour accompagner Slade. Slade, c'était le pseudonyme sous lequel jouait Jensen. Nathan, lui, se présentait aux autres avec le surnom Bloody_Sky. Tous deux avaient choisi la même guilde pour faire évoluer leurs personnages. Une expérience similaire, des stratégies différentes mais complémentaires. Tant de points communs les ralliaient à une amitié naissante. Lorsque Slade put annoncer qu'il devait déménager dans une ville perdue en plein Iowa, le sang de Bloody_Sky ne fit qu'un tour. Ses doigts s'agitèrent sur le clavier. Combien de chance y avait-il pour que cet inconnu rejoigne la communauté de Middle Fawkes ? Si peu.
Cinq mois plus tard, Nathan entendait parler d'une nouvelle famille tout juste arrivée. Un frère accompagné de ses deux soeurs. Connecté sur la toile, Bloody_Sky parvint à trouver Slade. Tout en affrontant quelques créatures de la nuit, armés jusqu'aux dents, les deux utilisateurs s'avouèrent qu'il y avait certainement moyen de se rencontrer en chair et en os.
Nathan passa sa main pâle dans ses cheveux bruns. Son apparence lui convint suffisamment pour qu'il se décidât à sortir. Il traversa le couloir et se tint quelques secondes dans le hall. Une tornade de cheveux bruns vint l'y cueillir. Il subit une embrassade vigoureuse et dut user de force pour se libérer de l'étreinte.

-Je peux prendre ta voiture ? Nathan demanda.

Le sourire tiré sur son visage, accentuant les pattes d'oies autour de ses yeux, la mère de Nathan acquiesça. Elle réajusta le pli de la veste de son fils et le poussa à travers le cadre de la porte. Elle le salua d'un geste de la main, et ferma derrière lui.
Nathan eut la légère impression d'être mis à la porte mais cela ne l'étonna pas pour autant. Il vérifia la présence des clefs dans sa poche et également celle de son téléphone portable et de sa carte banquaire. Rassuré, il releva le regard. La voiture de sa mère garée dans la rue, il s'avança dans l'allée. Ce fut à cet instant qu'un cri l'alarma, mais il ne put éviter le ballon qui vint percuter sa cuisse. Sans éprouver le moindre mal, Nathan rattrapa la balle. Il trouva sans mal la provenance des cris, de ses jeunes voisins. Il leur lança le ballon et ils le remercièrent en riant. Nathan regarda sa montre. Il était pour une fois très ponctuel, et s'en félicita. Il s'approchait du véhicule lorsque la voix aiguë de sa mère vint lui chatouiller les tympans.

-Il y a la crosse de ton cousin dans le coffre, tu y fais attention, hein ?

Nathan leva les yeux au ciel. Elle sourit et disparut derrière le rideau. Le garçon contourna l'automobile et ouvrit le coffre. Il s'empara de l'objet et mima l'acte sportif. Nathan n'avait jamais pratiqué d'autre activité physique que celle obligée dans le cadre des cours. Il s'était surpris parfois à faire quelques pompes ou quelques abdominaux dans le but de ne pas s'engraisser. Mais en dehors de ces rares mouvements, Nathan ne s'était jamais investi dans le sport. En prenant soin de ne pas l'abîmer, Nathan reposa la crosse dans le coffre, comme si personne ne l'avait jamais touchée. Il grimpa dans la voiture et démarra le moteur.
Il réalisa soudain l'ampleur de sa démarche. Pour la première fois, il ne serait plus le Chassou au sang-froid. Et il n'aurait plus face à lui un combat interminable aplati sur un écran. Il serait là, à voir le visage d'un homme. A parler avec lui. Cette idée le rendit nerveux; il faut dire que le nombre de geek comme lui, ou juste de passionnés d'informatique issus de Middle Fawkes se comptaient sur une seule main. De toute manière, il lui était désormais interdit de faire marche arrière.
Comme prévu, il s'arrêta devant le cyber-café et monta s'installer à une table. Hors de question de se plonger dans un jeu comme il aurait pu le faire. Il demanda à un serveur qui passait par là un café au lait. L'heure décidée pour le rendez-vous s'avançait. Nathan se surprit à observer chaque nouvel arrivant. Au bout du dixième inconnu détaillé, les cheveux, qu'ils soient blonds ou bruns, se ressemblaient inexplicablement. Les visages avaient les mêmes traits et les corps étaient parfaitement identiques. Et si Nathan tenta de se concentrer uniquement sur les personnes qui arrivaient seules ou qui paraissaient attendre quelqu'un, il se confondait plus encore. Incapable de retrouver Jensen parmi les clients du cyber-café, malgré les quelques indications physiques dont il disposait, Nathan se munit de son téléphone. Il tapota sur les touches et trouva son contact dans son répertoire. Le combiné collé à l'oreille, Nathan chercha autour de lui un signe significatif, une sonnerie. Peu importait, du moment qu'il découvrait enfin Jensen.
Lorsqu'il percuta que derrière lui, une sonnerie retentit, son coeur s'accéléra. L'excitation lui procura un regain d'énergie, et il se tourna vivement sur son siège. Maintenant face à lui, un homme au cheveu grisonnant déblatérait des propos injurieux. Echec. Fail. Error 404. Nathan vérifia sur son propre téléphone qu'il avait bien émis l'appel, mais sans surprise, il ne s'était pas fourvoyé. Il s'empressa de réitérer l'expérience, sans imaginer que cela pourrait paraître harcelant ou gênant pour Jensen. Après quelques bips qui parurent bien trop longs, une voix se dégagea dans le téléphone.

-Je viens d'arriver. Ah, je crois que je te vois.

Nathan n'eut pas le temps de répondre qu'il entendit de nouveau les bips sonores. Il se tourna vers la porte du café que déjà, Jensen était à quelques mètres de lui. Etrangement, Nathan se sentit happé par la délivrance. La libération de cette inquiétude, de cette attente. Et tout était silencieux et flou. Sauf Jensen, qui lui offrait un sourire radieux.
Bloody_Sky is dead. Nathan was born.

fiche par century sex.


Dernière édition par A. Nathan Moore le Dim 4 Nov 2012 - 2:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
» potins : 380
» double compte : Nope

» age : 33
» emploi/étude : Dessinateur de BD

Can you keep a secret ?
greatest fear ?:
what Bee's thinking.:
avatar
OMG! Jensen Bush is gorgeous!

MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Sam 25 Aoû 2012 - 22:34




Nathan & Jensen

« J'adorerai changer le monde, mais pas moyen de mettre la main sur le code source»




Affalé sur le comptoir au couleur du plastron de Captain America, Jensen buvait sa caféine quotidienne en bonne compagnie. A cette heure-ci, la boutique de BD aurais dû être normalement fermée mais à vrai dire les horaires affichés étaient rarement respectés car le jeune gérant ne mettait jamais les gosses passionnés de super-héros à la porte surtout quand ces derniers se lançaient dans des mini-conférences hypothétique sur le monde de la science-fiction. Il me semble logique que si dans un futur proche les japonais conçoivent des robots domestiques, ils devront absolument être affilié aux trois lois d’Isaac Asimov : Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger. Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première Loi. Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième Loi. Expliqua Jimmy à Norman tout en tenant entre ses mains une version imprimée du cartoon Superman: The Mechanical Monsters. Mécanique, boulons, vises, volonté machiavélique des robots à vouloir vivre leur propre existence en se détachant de tout lien subalterne par rapport aux humains ; c’était le sujet de la discussion à laquelle Jensen participait avec deux de ses clients habituels. D’accord mais qu’est-ce que tu fais de la loi zéro ? répliquât Norman en hissant du bout du doigt, la monture rouge de ses lunettes sur son nez. Jensen se rappela de cette fameuse loi ajoutée qui s’annonçait telle quelle « Un robot ne peut pas faire de mal à l'humanité, ni, par son inaction, permettre que l'humanité soit blessée. » ce qui revenait à dire qu’un robot pouvait tuer un humain si celui-ci menaçait l’humanité car l’humanité tout entière devenait alors plus importante que la vie d’un homme dénué de bonne intention. C’est une aberration ! S’exclama Jimmy. A partir du moment où tu autorise la loi zéro, les robots commence à penser par eux même de ce qui est bon ou pas pour nous. La loi zéro est dysfonctionnelle. Après avoir sauvé l’humanité une fois les robots vont prendre la grosse tête et vouloir gouverner le monde !! Tu n’as donc rien appris de la saga Terminator ? Ouais, j’avoue. lui concéda Norman avec un sourire entendu. Attendez qu’est-ce que les films de James Cameron viennent faire là ? demanda Jensen intrigué par la manière du collégien, fan inconditionnel de Monsieur Spock, d’imbriqués ses idées les unes dans les autres. Le regard vert du jeune homme se fixa dans celui de Jensen, près à développer et défendre sa théorie. Aujourd’hui on utilise les capacités robotiques pour de simples besognes comme nettoyer le fond de nos piscines, mixer des aliments ou encore monter des pièces de voitures à la chaîne. Jensen l’écoutait tout en secouant le gobelet en carton au logo vert, afin de déterminer approximativement combien de gorgée lui restait à boire. Mais demain les robots voyageront dans le temps et leur mission sera de tuer Sarah Connor.Conclu l’adolescent. Le rire de Jensen se mit à rebondir sur les murs, ce gamin avait l’air de penser ce qu’il disait là. Même si Jensen avouait bien volontiers qu’il serait le premier à voir d’un mauvais œil débarquer des bipèdes fabriqués à base de diode et d’alliage de métal dans le monde d’aujourd’hui cependant imaginer que le futur de la robotique aboutirait à la création d’un logiciel comme Skynet dans le film c’était trop pour Jensen … Fait pas attention à moi, j’vais prendre l’air. Continuez votre discutions et raconter moi tout à mon retour. Dit-il en s’éloignant. D’une main il poussa la porte servant d’entrée et de sortie de la boutique, fessant teinté au passage le carillon à vent placé à embrasure de celle-ci. Ami fidèle son rôle était de signaler les allers et venues des clients. Le souffle taquin crée par le courant d’air chaud de dehors s’engouffra à l’intérieur et fit résonner encore pendant quelque seconde la mélodie métallique que les petits tubes en acier émettaient en s’entrechoquant les uns aux autres. Un coup d’œil circulaire de la rue permis à Jensen de remarquer une silhouette longiligne se découper dans le halo rouge que l’ITALIAN RESTO propulsait chaque nuit sur le macadam. Il ne fut pas difficile de se rendre compte qu’il s’agissait de Nathan, son partenaire de jeu en ligne sur WoW, un sourire naquit alors sur son visage. Puisqu’il regardait dans sa direction Jensen brandi son bras en l’air et secoua vivement sa main. Dans la mémoire du dessinateur le souvenir du jour de leur première rencontre en chair et en os était encore bien présente …

Flash Back

Un moment qu’il se connaissant en version pixéliser, mais aujourd’hui il n’y aurait pas d’écran interposé ni d’avatar virtuel. Ils avaient convenu d’un jour, le Worgen voleur répondant au nom de Slade allait rencontrer Nathan alias Bloody_Sky l’humain chasseur. Plus de 8760h de jeu passées sur la toile, à parcourir les trois continents d’Azeroth, combattre les Orcs et les Elfes de sang au nom de l’Alliance, ils en avaient vécu des épopées fantastiques ensemble et pourtant Jensen se sentait anxieux à l’idée de ce rendez-vous. C’était idiot, il n’avait rien à perdre et tout à gagner dans cette rencontre mais le jeune homme venait de débarquer à Middle Fawkes depuis trois jours, ne connaissait personne et ne s’était que de rare fois aventuré en dehors de son secteur délimité par la pelouse de son jardin. Bloody_Sky lui avait proposé de le retrouver dans un endroit public où tout deux ne seraient pas trop dépaysés : le cyber café de la ville qui était un lieu assez convivial d’après lui. Jensen avait fait une recherche sur Google Maps pour trouver l’itinéraire le plus court qui le conduirait là-bas et l’avait gravé dans sa mémoire.

Il vérifia l’heure digitale de son PC pour s’assurer qu’il n’était pas en retard. Il regarda la barre de chargement du logiciel qu’il était en train d’installer se remplir. Une fois fait il tapa une série de codes pour le site internet que sa sœur Zelda utiliserait pour faire la pub du café qu’elle ouvrirait dans quelques semaines. Ses dix doigts parcouraient le clavier rapidement entre deux clics et trois caresses sur son trackpad. Jensen lui avait concocté une interface tendance et chaleureuse pour ce qui était de la forme. A nouveau les yeux du dessinateur de BD se déportèrent vers le bas droit de l’écran. Il bondit de sa chaise qui tourna encore un peu sur elle-même tandis que Jensen fouillait déjà dans sa penderie à la recherche d’un t-shirt propre, il venait de se dévêtir de l’autre qui avait atterrit sur le rebord de son lit. Il hésita un instant avant d’enfilé le t-shirt rouge « BAZINGA » en référence à une de ses séries préférés. Il chaussa ses All Star de la même couleur que son maillot, récupéra son vieux skateboard qui trônait contre le mur près de la porte et dévala ensuite l’escalier.

En passant par le salon il croisa ses deux sœurs assises sans le canapé devant le JT. Jensen prit le temps d’embrasser le dessus du crane blond puis brun de chacune. Il expliquât brièvement qu’il allait faire un tour en ville et quitta la demeure familiale, il jeta le skate qu’il avait sous le bras et posa son pied gauche sur le grip noir et antidérapant avant de s’élancer dans la rue descendante direction les rues piétonnes. Middle Fawkes était une petite ville qu’il était plus agréable de parcourir en planche à roulette qu’en voiture. Jensen estima qu’il serait arrivé d’ici 10 minutes. Les gens qu’il croisa sur son chemin l’observèrent d’un œil méfiant. Même si physiquement Jensen n’avait pas beaucoup changé depuis son adolescence à part avoir pris quelques centimètres de plus, il était probable que voir un adulte jouer au gosse étonnait le voisinage. Mais il n’en tenait pas compte, après tout c’était un moyen de transport comme les autre pour qui savait s’en servir. Jensen passa sa main sur son front, le soleil tapait sur le bitume et sur sa peau, l’air sec de la saison n’aidant pas vraiment à ce sentir mieux. Alors avec son pied d’appuis il prit un peu de vitesse pour fendre l’air et lui donner l’espace d’un instant une sensation de fraicheur qui s’évanouissait aussi tôt que les quatre roues ralentissaient. En passant par le centre-ville, Jensen pu faire le tour de la place avec la fontaine grisâtre qui surplombait les habitations et commerces alentours. La tentation était trop forte, il abandonna un instant la glisse, et s’en alla tarir sa soif malgré l’avertissement de la pancarte « Eau non potable ». Elle n’était pourtant pas si mauvaise. Il s’essuya la bouche d’un revers de la main et s’étonna de n’être plus qu’à quelques minutes du cyber café. Dans sa poche, une vibration, puis :

« Now that I've lost everything to you
You say you wanna start something new
And it's breakin' my heart you're leavin'
Baby, I'm grievin'
But if you wanna leave, take good care
I hope you have a lot of nice things to wear
But then a lot of nice things turn bad out there »

Le premier couplet de Wild World de Cat Stevens résonna dans les plis du jean de Jensen. Qui tentant de le récupéré tout en slalomant entre les amoureux se baladant main dans la main et les flashions girls venu dépenser leur argent dans les boutiques pour déniché le dernier accessoires à la mode. Manquant de se cassé la figure il s’arrêta pour décrocher mais trop tard, il venait de raté l’appel. Le numéro était inconnu mais Jensen ce doutait parfaitement de qui ça pouvait être. Jensen leva les yeux et vit l’enseigne « Cyber C@fé » juste devant lui, au lieu de rappeler tout de suite Jensen préféra parcourir les quelques mètres qui le distançait encore du lieu du RDV. La sonnerie sonna de nouveau alors que Jensen tenait la poignée entre ses doigts. Il décrocha avant d’entrée et distingua un brun à travers la vitre de la porte un téléphone à l’oreille. Je viens d'arriver. Dit Jensen à l’autre bout de fil. Ah, je crois que je te vois. Il raccrocha en même temps qu’il foula le sol du Cyber. D’instinct il s’était placé à côté de celui qu’il avait cru reconnaitre alors même qu’il ne l’avait jamais vu. Nathan se retourna et Jensen qui anxieux au départ senti la pression relâcher d’un coup en croisant les yeux si bleu du garçon. Il ne s’était attendu à rien de particulier, mais en le voyant, il ne put s’empêcher de se revoir lui plus jeune. Rien de physique à par la couleur de cheveux mais dans tout dans l’attitude. Tu es bien différent quand tu ne portes plus ton armure. Dit-il dans un sourire en tirant la chaise à côté du jeune homme, c’était une façon de briser la glace comme une autre. Il déposa son skate à ses pieds et ne bougeât plus. Jensen ne pensait pas que cela lui paraitrait si étrange d’associer un homme au le personnage informatique de Bloody_Sky, ce sentiment il ne devait pas être le seul à le ressentir dans cette pièce. Il ne savait plus trop comment l’aborder alors que depuis plus de 12 mois ils avaient échangé une amitié virtuelle mais réelle. L’encrage dans la vie réel lui apparaissait comme un blocage, il n’allait quand même pas lui parler de la nouvelle mise à jour de WoW ? L’ambivalence de cette rencontre venait de son originalité. Quand deux geek se rejoignaient pour la première fois que convenait-il de dire ? Jensen jeta un coup d’œil autours de lui, le bourdonnement des ventilateurs emplissait la pièce ainsi que le bruit incessant des frappes sur les claviers, malgré tout à l’oreille de l’homme cette mélodie était loin d’être désagréable. C’est la première fois que je rentre dans un Cyber Café, il n‘y en avait pas à Louisville. Mais c’est vraiment cool comme temple de la geekitude ! Il marqua une courte pause et repris la parole presque aussitôt : Tu ne m’attends pas depuis trop longtemps j’espère ? Simple formalité, Jensen n’était pas un maestro de la ponctualité et vu les appels de Nathan cela laissait penser qu’il était probable que le jeune homme ait eu à poireauter un instant.







Dernière édition par Jensen Bush le Sam 8 Sep 2012 - 20:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Ven 31 Aoû 2012 - 0:01


Jensen Ҩ Nathan
« Est-ce que quand un geek il meurt, il va dans la corbeille ? »


Nathan ne sut exactement ce qu'il était convenable de faire dans cette situation. Se lever et embrasser Jensen ? Lui serrer vigoureusement la main ? Ne rien faire et l'inviter simplement à s'assoir en sa compagnie ? Les possibilités futures étaient nombreuses, et Nathan le stratège n'avait pu en anticiper aucune. Il jouait là toutes cartes masquées. Si son roi lui conférait un avantage, le risque était de voir apparaître dans les mains de Jensen un as, contre lequel il était totalement démuni. Alors, ne connaissant qu'une inconnue sur deux, Nathan s'était permis de ne pas trop réfléchir à cette rencontre.
Cette décision l'envenimait et l'irritait outrageusement, lui qui ne jurait que par le contrôle. Avoir la main mise sur tout. Réactions, situations, vies, choix. Nathan ne supportait guère être soumis aux décisions des autres. Il sentait ce besoin bouillonnant, bien loti dans sa poitrine, de maîtriser chaque pion qui entrait sur son échiquier.
Nathan n'avait jamais été un mauvais bougre. On l'avait piétiné arbitrairement. Bee, et tant d'autres avant elle. Se languir de mépriser un garçon silencieux et réservé. Ils ne se privaient jamais de le rabaisser. Lui, l'intellect de service. Le gamin oublié devant son écran. On l'avait affublé de tant de rôles différents en guise de prétexte que Nathan se souvint encore les fois où son identité même lui avait échappé. Vivre en soumission était déplaisant, mais les mots restaient toujours bloqués dans la gorge de Nathan, et jamais il n'avait su mettre un terme à ses supplices. Il se complaisait dans le silence et l'abandon de toute rébellion. Parce que la souris n'ira jamais arracher les moustaches du chat.
Cette boucle infinie et morbide s'alimentait d'elle-même. Le silence engendrait les moqueries. Les railleries entraînaient l'addiction aux jeux virtuels -où enfin Nathan régnait en maître-. Les heures d'ordinateurs fournissaient un autre prétexte aux humiliations. Et toujours plus, le jeune Moore s'enfermait dans ses craintes et ses doutes, incapable de se soulever face à l'adversité, seul sur son clavier, à vivre par procuration des aventures formidables où tous le respectaient. Bloody_Sky l'avait sauvé, c'était certain. Les critiques fusaient dans le réel, mais s'oubliaient sur la toile géante.
Depuis que le brun s'était sauvé des murs du lycée, il s'était surpris à espérer vivre sans s'inquiéter des autres. Il pensait innocemment que les gens étaient désormais des adultes responsables et que s'en prendre aux autres leur paraissait inutile. Mais non. Même dans le monde des majeurs, il existait toujours des brutes voraces prêtes à se délecter des faiblesses des gens. Et les railleries continuèrent.
Ce fut sans nul doute possible à cet instant, lorsque la naïveté disparut à jamais, que Nathan réalisa son désir de contrôle. Il ne s'était jusqu'alors jamais consacré à la question, mais tout devint clair. Aussi douloureux que cela puisse paraître, Nathan comprit que jamais il n'avait été respecté. Que son image déformé par les pixels n'était pas son reflet brut. Qu'il avait besoin de bien plus de reconnaissance que cela. Et c'est certainement ce sentiment qui procura au garçon la force de devenir stratège. Maîtriser les situations, les amener à l'avantage. Penser aux aléas avant que ceux-ci soient destructeurs ou simplement perturbateurs. Jouer aux échecs et au go. Définir les algorithmes pour résoudre les problèmes. Pour parvenir à ses fins, Nathan n'eut premièrement aucun scrupule à utiliser quelques coups bas. Après tout, n'était-il pas une victime de la lâcheté humaine ? Et puis, réflexion faite, il se garda bien de répéter ces scénarios misérables. Ou presque.

-Oui, il paraît que je suis moins imposant.

Nathan s'arma d'un sourire. Face à Jensen, il ne se sentait pas en danger. Être naturel ne manquait pas de validité, et spontanéité lui était permise. Jensen ne paraissait pas si différent de lui. Il y avait comme une connexion, une sorte de dialecte binaire qui les rapprochait. Il sentait en Jensen une bonté -ou une indifférence, allez savoir- qui le rassurait. C'est en ce sens qu'il s'autorisa une blague à l'encontre de son interlocuteur.

-Je te trouve également bien moins poilu.

Le jeune Moore invita Jensen à s'assoir en face de lui d'un geste de la main. Le serveur s'agita à côté de la table où les deux geeks étaient assis et y déposa le café au lait. Il s'arrêta un instant, et Nathan profita de ce délai pour proposer à Jensen une boisson quelconque.

-Mets sa commande sur mon compte, William, avança Nathan.

Ledit William sourit et acquiesça. Il gribouilla sur son carnet et s'éclipsa une fois la réponse de Jensen obtenue. Nathan n'était certainement le client le plus fréquent mais ses passages réguliers étaient appréciés des serveurs. Les discussions enrichissantes restaient d'agréables souvenirs. Ils partageaient leurs expériences sur les MMORPG, troquaient quelques objets couteux, s'entraidaient parfois tout simplement.Nathan aurait conseillé à n'importe quel amoureux de l'ordinateur de se rendre dans un cyber-café. Pour ne pas se sentir isolé, différent, c'était une solution radicale.
Nathan s'amusa des formalités que prenait Jensen. La ponctualité. Certes le jeune Moore était arrivé avec un peu d'avance, mais ce n'était qu'un fâcheux concours de circonstances. Habitué aux aléas de dernière minute, de ceux qui mettent en retard et ne donnent aucun alibi, Nathan partait toujours avec plus d'avance qu'il n'en faut. Il regrettait bien les commentaires désapprobateurs des majeurs lorsqu'il racontait ses mésaventures avec un chien, avec ses clefs, avec tout et n'importe quoi du moment que le destin s'amuse de le voir en retard. Pour une fois, rien de tous ces mauvais présages n'était venu le déranger, et tant mieux !

-Non, je n'ai pas attendu. J'étais impatient, en fait.

Nathan porta la tasse de café tout juste tiède à ses lèvres et déglutit discrètement. Il rajouta du sucre dans le liquide beige et crémeux et touilla avec sa cuillère pour dissoudre le glucose.

-Je n'arrive pas à croire que tu ais déménagé à Middle Fawkes. Enfin quoi... il n'y a rien, ici. C'est super perdu.

Nathan voulait éviter toute maladresse, mais il savait mieux que quiconque que les choses qu'on obtient ne sont pas toujours celles qu'on souhaite. Malgré tout, il s'était bien gardé de demander la raison de la venue de Jensen à Middle Fawkes sur le net. Il ne comprenait pas quel diable poussait les gens à venir s'installer dans un coin si peu réputé et dénué d'intérêt. La campagne ne s'étendait dans tous les patelins aux alentours. Et c'était en cela que le maire avait fait implanter une université et un hôpital, par exemple. Il fallait pouvoir éduquer et soigner les enfants sans partir des miles plus loin. Mais Jensen semblait bien désintéressé de médecine, et trop âgé pour aller en cours. Quelle bonne raison avait-il à venir se terrer dans un bled si perdu ? Voilà une question qui intriguait Nathan -vous l'aurez compris !- et à laquelle le garçon désirait une réponse.

fiche par century sex.



Dernière édition par A. Nathan Moore le Dim 4 Nov 2012 - 2:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
» potins : 380
» double compte : Nope

» age : 33
» emploi/étude : Dessinateur de BD

Can you keep a secret ?
greatest fear ?:
what Bee's thinking.:
avatar
OMG! Jensen Bush is gorgeous!

MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Dim 2 Sep 2012 - 12:16




Nathan & Jensen

« Seul un geek comprends pourquoi la Chevrolet 404 n’existe pas … »





Incontestablement, l’un comme l’autre ne partageaient aucune caractéristique physique semblable à celle de leur avatar sur le célébrissime MMORPG. Jensen se fessait la réflexion en observant Nathan : sa silhouette gracile, la couleur opaline de sa peau contrastée par sa tignasse brune, presque ébène. La couleur changeante de ses yeux, vacillante selon la lumière entre un bleu pastel et un gris doux. La musculature presque inexistante de ses bras et de son torse qui semblait flotter dans son t-shirt et son sweet-shirt bleu à capuche. Puis aussi ses doigts longs et fins, presque féminin … tous ses facteurs réunis, s’il devait servir à effectuer un bilan physionomique, se traduirait par un aspect timide et fragile en apparence, loin de quelconque effet tape à l’œil. Son visage respirait la jeunesse. Nathan ne faisait pas parti de ses garçons trop séduisants qu’on remarquait tout de suite dans la foule. Jensen le voyait plutôt comme un caméléon, se fondant dans la masse sombre et compacte de gens, que cela soit malgré lui ou sciemment. Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir un charme naturel dû vraisemblablement à son sourire en coin, clos par ses lèvres roses, qui lui donnait un air fortement sympathique et ses longs cils noir enveloppant son regard aigue marine qui le rendait attirant. Bien plus que Jensen et ses cheveux bouclé indomptable et le reste de son physique banal. Loin derrière eux était le côté menaçant du traqueur auprès de son acolyte aux griffes acérées. Mais après tout, peu de geek avait un physique de joueur de water-polo culturiste, et finalement, tous deux échappaient à la caricature générale du gamin zozotant aux lunettes en cul de bouteille.

Intuitivement il décelait chez son interlocuteur une aisance doublée d’un discernement que lui n’avait jamais eu. Derrière la façade candide qui affublait l’entité « Nathan », Jensen voyait le joueur en lui, imaginant son esprit en ébullition permanente, à l’aguet de tous mouvements, de toutes situations permettant de laisser des indices derrière soi, quelque chose, un petit rien créant au fur et à mesure une pyramide d’informations. Trier, ranger, calculer, jouer. Avoir un coup d’avance au minimum. Le résultat de cette pensée survenait probablement de l’allure maligne et mature de Nathan. Néanmoins à l’instant Jensen ressentait un comportement authentique et naturel, Nathan n’usait d’aucunes stratégies et répondait même avec humour à Jensen, ce qui ne pouvait lui faire plus plaisir.

En tant qu’adorateur de Steve Jobes et de combinaison binaire lui-même, l’évidence d’un passé tumultueux de l’adolescent avec le monde extérieur et surtout avec les teenagers lambda de l’Amérique profonde, ne suscitait pas de réflexion et s’imposait d’elle-même. Pure logique. Lui aussi avait fréquenté le même chemin sinueux de la mise à l’écart ainsi que de la remise en question perpétuelle. Ordi or not to be ? S’inclure dans la foule inintéressante et superficielle des autres contre une paix de respect en papier mâché même pas bon pour en faire une digne figurine de Warhammers 40,000. Pour sa part Jensen avait préféré choisir les railleries, les séjours prolongés dans les casiers étroits du lycée et les déjeunés seul passé sur une table vide à la cafeteria. Rien au monde ne surpassait le sentiment délicieux de se sentir soit même, même si esseulé. Jamais ses poings ne l’avaient défendu, seul ses répliques ironiques et son phrasé volubile l’avait parfois aidé à prendre à la légère son bizutage éternel à défaut de l’aider à s’échapper des insultes de mauvais ton et des coups violents dans le ventre ou ailleurs offert gracieusement par ses camarades ignares. Au final Jensen était devenu névrosé et trop communicatif suite à sa scolarisation, les gens se demandant de temps à autre s’il parlait juste pour faire du bruit, ce à quoi Jensen répondait positivement. Bref, il avait l’impression d’être le contraire de Nathan, qui face à lui semblait posé, calme et réservé. Mais il devait certainement se jouer d’autres armes contre la marginalisation dont tous deux avaient souffert et pouvait souffrir encore.

Jensen accepta dans un sentiment mêlé de surprise et de plaisir, d’être l‘invité de Nathan. La seconde suivante, le serveur répondant apparemment au nom de William, voulu savoir ce qu’il consommerait. Jensen n’avait même pas pris le temps de lire ce qu’il y avait sur la carte, un calepin de commande dans les mains, l’homme le regardait en souriant chaleureusement, l’incitant ainsi à se décider. Ayant déjà avalé un litre et demi de café chez lui, il semblait au dessinateur qu’ingurgiter ne serais-ce que 5ml de plus de caféine ne servirais à rien sinon à le rendre malade. Il opta donc pour un verre rempli du soda américain le plus connu de par le monde, celui avec son logo rouge et blanc, et plein de glaçons. Le serveur reparti directement vers le comptoir après que son stylo ai fini de courir sur le papier.

Nathan lui affirma qu’il n’eut pas à l’attendre, ce qui fut un réel réconfort pour Jensen qui n’aimait pas être en retard même si paradoxalement devoir patienter lui-même lors d’une entrevue ne lui posait aucun problème. L’important étant de voir apparaitre la personne, avec ou sans délai supplémentaire. Lors d’un rencard amoureux il savait que l’attente était une arme redoutable pour attisé le désir de l’autre, mais cette technique était à double tranchant et on s’apercevait alors de la véritable volonté de l’autre. Qu’un individu soit capable de rester immobile sous la pluie par une nuit d’hiver pour quelque d’autre était assez significatif, non ? En tout cas personne n’attendait indéfiniment quelqu’un qui ne comptait pas pour lui on ne représentait rien d’important.

Je n'arrive pas à croire que tu ais déménagé à Middle Fawkes. Enfin quoi... il n'y a rien, ici. C'est super perdu.

Le son de la voix de Nathan le sortit soudainement de ses pensées. Jensen le regarda un instant, c’est vrai qu’il n’avait encore parlé d’aucune raison explicative à ce changement d’adresse, même lors des longues et interminable discutions qu’ils avaient entretenu tous les deux sur le tchat de WoW.

Je te l’accorde, niveau animation il y a mieux. Mais le calme de cette ville est plaisant quand on a passé toute notre vie dans la pollution et les klaxonne des voitures.

Les arguments peut nombreux se bousculaient dans sa tête concernant sa venue ici. La campagne était juste à côté, tout comme le lac de Storm Lake. La nature à porter de main, un vrai bonheur propice au pique-nique et aux ballades. Mais surtout la raison principale était d’ordre financière, les prix bas des habitations était réellement très attirante du côté de Middle Fawkes. La maison était parfaite et son loyer peut cher mais le must était le petit local de 80m2 entre un magasin de vêtement vintage et un distributeur automatique qu’avait déniché Jensen dans la rue piétonne. Après avoir effectué une étude de marché favorable sur les habitudes des riverains de cette bourgade, Jensen avait enfin pu concrétiser son désir d’ouvrir sa propre boutique afin d’y vendre ses BD. Il avait ainsi une chance de réussir son projet. Le bail venait d’être signé et vu son tempérament superstitieux, Jensen évitait de trop en parler. Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, cette expression était connue de tous et c’était à tout prix ce que le dessinateur voulait éviter.

Il y a de grande chance que je me plaise ici … une maison, un travail, un cinéma, l’électricité et l’eau courante il ne me faut rien de plus. Dit-il dans un sourire. Il regarda Nathan un instant puis osa une curiosité : Mais, y a-t-il des choses qui te contrarie à propos de Midle Fawkes et que je devrais savoir ? La question n’était pas sans lien avec l’impression donné. Il suffisait rarement de vivre dans une ville pour l’aimer. Nathan, était-ce son cas ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Sam 22 Sep 2012 - 13:30


Jensen Ҩ Nathan
« Que fait un geek cosmonaute ? Il cherche la touche espace. »


Que pesaient les klaxons face aux doux gazouillis des oiseaux pré-pubères qui venaient se planter sur vos fenêtres ? Peu cher. Nathan accepta les commentaires qui désapprouvaient la routine de la bruyante ville, mais se convainquit que son ami geek se lasserait bien vite des commérages de la campagne.
Il avait toujours régné sur Middle Fawkes les médisances des bonnes femmes. Elles s'avouaient trop bourgeoises au monde pour montrer leurs langues de vipères, mais le cercle des victimes ne finissait jamais de s'agrandir. Aux yeux des gens, les mères étaient prospères et sérieuses, donnant tout à leurs progénitures capricieuses, offrant les plus douces compréhensions à leurs maris tués au travail. Elles vivaient de ménage -parfois même de boulot, vive l'ère moderne !-, mais cela ne les dérangeait jamais. Elle trouvaient sans cesse du temps pour jouer au téléphone arabe et modifier la plus innocente conversation. Elles créaient des monstres sanguinaires des plus jolies poupées du collège.
Nathan ne savait, pour l'exemple, toujours pas à quel parti sa mère appartenait. Déblatérait-elle les plus grosses salades que ce monde ait porté, ou bien s'activait-elle pour passer à travers le filet aiguisé tendu par ses voisines ? Il s'était bien gardé de lui poser la question. Après tout, vu le tempérament féru de sa mère, cette minime interrogation se serait transformé en un véritable entretien visant à obtenir tous les détails de toutes les raisons qui avaient amené cette question. Il était d'ailleurs fort probable qu'elle disparaisse sans même y répondre. Madame
Moore avait toujours tout fait pour éviter à son fils les désagréments de la vie en communauté. Elle l'avait préparé aux moqueries des pestes et de leurs mères, l'avait averti du mal que cela pouvait causer. Mais en temps voulu, elle n'avait jamais pu braver l'autorité des on-dits. Son fils était certainement la risée du lycée mais que pouvait-elle faire ? Nathan ne lui en avait jamais voulu.
L'impuissance était humaine. Mais l'impuissance était surtout maternelle.
Nathan se proposa d'avertir Jensen de cette rumeur grandissante qui faisait frémir les chaumières. Cette information n'était certainement plus taboue depuis des années, et il était tout à fait possible que le plus âgé ait déjà mûrement réfléchi son choix, en toutes connaissances de causes. Mais Nathan s'obligea à prévenir son ami. C'était ainsi que fonctionnaient les relations inter-personnelles. Une confiance absurde s'instaurait et permettait aux deux individus de vivre ce lien avec liberté et passion.

-Et bien, à part les langues de vipères qui épient ta vie, je ne vois...

Un éclair de lucidité rappela Nathan à lui. Depuis toutes ces années de misère sociale, il ne pouvait s'avouer que le seul mal qui rongeait Middle Fawkes étaient les commérages. Non, il fallait qu'il le verbalise. Le parasite qui suçait la vie de cette banlieue n'était autre que Brittany Forbes. Cette garce, reine des abeilles ou des lamas, tant elle crachait sur les gens. Nathan la détestait. Il avait croisé cette pimbêche pendant un an alors qu'il était au lycée et cela lui avait largement suffi. Elle avait un don pour tuer les gens à petit feu. De cette fille émanait un véritable venin qui nécrosait les parties environnantes. Un poison si fort que même les mots ne servaient plus à rien. C'était comme si la parole s'annihilait au contact de cette fille. Elle n'entendait rien, ni les pleurs, ni les prières. Une pierre brute et vile. Sans le moindre coeur, ni la moindre compassion.
Nathan avait échappé à ce calvaire deux ans. Il supportait déjà la mise à mort du casier, contre lequel on l'avait si souvent poussé. Mais il restait invisible. On ne s'attaquait pas à sa vie. On l'oubliait dans un coin. On ne savait rien de lui. Lorsque Bee s'était proclamée reine du lycée, lorsque ses grands airs avaient séduits, Nathan était sorti de l'ombre. La main poisseuse de cette sorcière l'avait extirpé de son univers de coton, et elle l'avait pourri. Il n'était plus le type qu'on ne côtoie pas. Il était le geek intello inutile à en crever.
Mais le pire, dans toute cette rancoeur, c'était celle que Nathan vouait envers sa propre raison. Il s'était cru supérieur, par son âge, par sa différence et par son expérience. Leurre. Face à une vipère comme Brittany, ces quelques valeurs étaient une sorte de poussière qu'on balaie devant chez soi sans même considérer. Et l'engrenage s'était lancé. Même aujourd'hui, alors que Nathan ne croisait plus la tête blonde, son statut ne le quittait pas. Il restait, pour toujours désormais, le geek intello inutile à en crever.
Lorsqu'il avait le malheur de partager le même trottoir que cette imbécile heureuse, elle n'oubliait jamais de lui glisser à l'oreille une réflexion dont elle seule avait le secret. Le genre de mots qui s'ancrent sur le papier pour ne plus jamais le quitter.

-Brittany Forbes. La pire garce que ce monde ait porté. Et ne croie pas que votre différence d'âge te protège. Cette fille est totalement déséquilibrée.

Nathan se trouvait plutôt aimable avec sa pire ennemie. Il aurait pu la maudire plus encore, mais il ne se sentait pas capable d'assumer toute sa haine face à Jensen. S'il pouvait éviter d'effrayer le nouveau venu, autant le faire.
L'âpreté du café permit à Nathan de se défaire de ses souvenirs noirs. Il savoura cette texture brûlante qui lui déchira la langue. Puis il posa sa tasse devant lui.

-Tu es arrivé avec tes soeurs, il paraît ? Ma mère a le chic pour savoir ce genre de choses.

La curiosité est un vilain défaut. Nathan en était bien conscient. Mais il avait la fâcheuse manie de chercher à savoir. La connaissance l'attirait. C'était de son besoin d'avoir tous les tenants et les aboutissants des choses. Nietzsche l'avait expliqué ainsi : « La volonté de vérité s'explique par une envie de domination, de contrôle et d'arraisonnement de la réalité ». Nathan acquiesçait totalement aux propos du philosophe.
Nathan n'aimait pas les surprises. Son besoin de contrôle était clair, et sur ce point, jamais il ne pouvait se désavouer. Il aimait à prévoir les évènements, à voir les gens agir comme bon lui semblait. Il s'attachait sérieusement à ne jamais se laisser surprendre, à penser l'avenir comme on pense à la recette que l'on va réaliser : dans les moindres détails.
Mais pour cette volonté de vérité comme s'amusait à l'appeler Nietzsche, il était nécessaire d'obtenir des connaissances. L'information était essentielle. Et comment en obtenir plus facilement qu'en interrogeant les personnes concernées ? Même si l'homme était un fin menteur, quelques bribes de vérité s'installaient souvent dans ses phrases. Et avec l'habitude et l'exercice, Nathan réussissait plutôt bien à déchiffrer les codes. Et pour l'heure, il menait son bateau avec adresse, pour frôler le coeur de Jensen sans le moindre scrupule.

Spoiler:
 

fiche par century sex.


Dernière édition par A. Nathan Moore le Dim 4 Nov 2012 - 2:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
» potins : 380
» double compte : Nope

» age : 33
» emploi/étude : Dessinateur de BD

Can you keep a secret ?
greatest fear ?:
what Bee's thinking.:
avatar
OMG! Jensen Bush is gorgeous!

MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Dim 28 Oct 2012 - 21:06




Nathan & Jensen

« Il existe 10 types de personne dans le monde. Ceux qui comprennent le binaire et les autres»




Mine renfrognée. Sourcils froncés faisant apparaitre de minuscule plissure au milieu du front - gâchant un instant la jeunesse de son visage. Le regard pensif et perdu dans un horizon imaginaire loin de cet endroit, de cette ville, de ce continent, de cette planète même. Voilà le masque que l’interrogation avait créé et apposé par-dessus les traits fin de Nathan. Cette mimique faciale laissait croire à Jensen qu’il avait bien fait de poser la question. Avait-il des raisons de ce méfier de Middle Fawkes ? Un pressentiment sorti de nulle part le gagnait peu à peu. Et le temps qui n’avait pas encore terminé de jouer sa partition ne laissait pas encore entrevoir l’aboutissement positif ou non de cette intuition. La perspicacité n’était pas et n’avait jamais été l’un des atouts de Jensen, qui se désespérait parfois de ne pas savoir lire entre les lignes.

Comme la majorité des êtres de leur époque le dessinateur avait laissé des années d’endoctrinement à la civilisation, mettre la main basse sur son sixième sens. Son instinct ainsi vaincu avait fait de lui un être vulnérable, incapable de déceler les attentions d’autrui mais désormais plongé dans un monde où la menace gronde, où les charlatans et manipulateur tire les ficelles. A croire que la société avait évoluée à tel point qu’elle n’accueillait plus ceux qui ne se plieraient pas à ses règles cruelles, ceux qui refuserait de mentir, de blesser, de jouer. Cet univers Jensen le voyait parfois comme un récipient d’acide pur, exterminant tout corps qui osait s’y immerger et ce jusqu’à sa moindre petite et insignifiante molécule.

Et bien, à part les langues de vipères qui épient ta vie, je ne vois… Une pensée empêcha Nathan de clôturer sa phrase qui resta en suspens. Il était aisé de deviner le mot de la fin : trois lettres, une négation. Le silence qu’il imposait était horrible car celui-ci il insinuait tellement de non-dit et avec l’imagination de Jensen débordante, le mélange des deux n’établissait pas vraiment un climat de sérénité. Nathan semblait bouillonner à l’intérieur, Jensen cru même apercevoir ses lèvres se mouvoir dans le vide malgré elles, comme s’il se remémorait des conversations désagréables. L’investigation observatrice s’arrêta nette lorsque Nathan siffla entre ses dents un nom. La pire garce que ce monde ait porté. Et ne crois pas que votre différence d'âge te protège. Cette fille est totalement déséquilibrée. Son ton amer et tranchant traduisait à peine les sentiments que lui insufflait cette fameuse « garce ». L’effort de parler d’elle semblait presque surhumain, d’ailleurs lorsqu’il l’avait fait ses poings étaient tant serrés que Jensen soupçonnait le peu d’ongle de Nathan se presser violement contre sa paume.

Il entendait l'avertissement mais ne le comprenait pas. Il n'imaginait pas cette fille comme le fléau que Nathan décrivait et surtout trouvait illogique qu'elle se retrouve sur son chemin. Existait-il un lien concret entre cette fille et tous les autres, pour que l'adolescent en face de lui soit certain qu'un jour ou l'autre Brittany Forbes vienne mettre le boxon dans sa vie ? L'homme qui se décrivait lui-même comme quelqu'un d'assez discret, supportait assez mal qu'on interfère dans ses histoires alors évidemment le sous-entendu promulguer par Nathan eue un effet plutôt anxiogène. Il attrapa fébrilement son verre de Coca et le porta à ses lèvres et la fraîcheur de la boisson lui flanqua un léger frisson dans la nuque. Jensen utilisa sa paille comme levier pour se saisir d'un glaçon qu'il suçota silencieusement.

Jensen esquissa un léger rictus lorsqu'il découvrit la curiosité de Nathan au sujet de son emménagement. Il était assez surprenant de commencer par le QUI plutôt que par le COMMENT mais le plus drôle était l'inclusion de sa mère dans la phrase. Est-ce que chaque nouveau venu dans la ville était décrypté en surface dans l'heure même par le voisinage ? Elle est bien renseignée s'en amusa Jensen. Il fallait en déduire que l'information circulait rapidement dans cette ville même pour le plus insignifiant des évènements. Ça fait trois jours, la moitié des cartons sont encore emballés. Sûrement parce que c'était la première fois qu'ils quittaient une vie pour une autre, Rebecca, la petite dernière, lui avait fait remarquer combien il était difficile de trouver une nouvelle place aux objets. Les souvenirs s'évanouissaient. On regardait dès lors chaque chose sous un angle différent. Cela avait parfois du bon et puis plus rarement la nostalgie était plus forte que le reste et à ce moment-là Jensen était heureux d'avoir ses soeurs auprès de lui comme soutient et vice versa. Je pense que d'ici un mois j'aurais trouvé mes marques, je commence avec toi ! Ajouta-t-il un sourire un coin.

Spoiler:
 







Dernière édition par Jensen Bush le Dim 4 Nov 2012 - 10:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Dim 4 Nov 2012 - 2:37


Jensen Ҩ Nathan
« L'esprit d'une femme est aussi inatteignable que le niveau 256 de Pacman. »


On ne croit que ce que l'on voit. Et oui, telle était la devise de Madame Moore ! Nathan n'avait pas précisé que si sa mère avait eu de telles informations, c'était par -d'après ses propres dires- pur hasard. Se baladant inopinément dans le quartier, son oreille avait été attirée par de nouvelles voix, tout à fait inconnues. Elle avait alors découvert la petite famille des Bush s'attaquant aux cartons, tous identiques. Son observation lui permit d'affirmer qu'il n'y avait parmi ces trois là nul couple aucun, qu'ils partageaient certainement tous le même sang, en bonne fratrie.
En racontant cette curieuse trouvaille, la mère de Nathan avait aussi soulevé quelques questions qui avaient, il faut l'avouer, leur légitimité. Entres autres, ce que trois enfants faisaient là sans leurs parents ? Et puis, vivaient-ils seuls depuis longtemps ? Était-ce l'aîné, parmi eux, qui ramenaient la monnaie au domicile ?
En entendant ces informations, Nathan s'était évidemment rappelé la discussion qu'il avait eu avec Slade. Cette coïncidence incroyable qui menait son partenaire de jeu à s'installer dans un patelin si perdu que Middle Fawkes. Sans le moindre doute, le jeune homme s'était convaincu que la famille Bush était celle de son acolyte virtuel.
C'était sans nulle crainte, donc, que Nathan avançait ses dires. Si sa mère avait vu, alors vérité était faite. Non pas qu'elle ne s'interdise pas le mensonge de temps en temps -Nathan détestait cela, même s'il s'y adonnait parfois également-, mais le jeune homme trouvait que le récit de sa mère avait là quelque chose de réel. Et puis, cela correspondait tout de même plutôt bien avec la venue de Slade.
Soudainement, le fils Moore prit conscience d'une chose qui n'avait jusqu'alors pas même effleuré son esprit. Peut-être Jensen pensait-il déjà que sa mère était une commère. Après tout, entre ses prudents avertissements et sa toute dernière phrase, la connexion était plus qu'évidente. Cela le gênait un peu qu'on puisse placer sa mère sur le même palier que Brittany Forbes ou que ces vipères, mais il n'avait pas envie de jouer les fils à maman. Si son interlocuteur pensait réellement cela, il aurait forcément l'occasion de démentir ses croyances plus tard.
« Je pense que d'ici un mois j'aurais trouvé mes marques, je commence avec toi ! » Un sourire se dessina aussitôt sur le visage de Nathan, réponse miroir à Jensen. Il ne savait pas si c'était parce qu'il se sentait flatté d'avoir un tel rôle pour son camarade, ou si c'était l'effet de malice qui avait illuminé la figure de son aîné. La raison importait peu, le résultat était que Nathan était très content, voire même heureux de discuter avec Jensen. L'appréhension de cette rencontre venait d'être annihilée en une phrase, et il l'en remercia en silence.

-Si t'as besoin de quoi que ce soit, de toutes façons, je suis là pour toi. T'appelles, j'arrive.

Oui, les déclarations d'amitié, d'affection, d'amour même, autant dire que Nathan ne prenait pas de ce thé-là. Il essayait de bien faire, mais jamais les mots n'avaient autant d'impact qu'il le souhaitait.
Il aurait aimé donner des exemples, préciser qu'il pensait à l'emménagement, mais hors de question de monologuer sans but. Nathan est au silence ce qu'une fille est à la complexité.

-J'habite au 41, de la Hepburn Street. Même pas besoin de tram des profondeurs pour se rejoindre, classe, non ?

Nathan faisait référence à leur jeu culte commun. Ledit tram reliait la ville des humains nommée Hurlevent à celle des nains, alias Forgefer. On passait d'un décor quasi commun, pavés et guinguette, à la dureté enneigée, à l'architecture grossière et métallique.
Nathan se souvint les questions avancées par sa mère. Celle des parents glissa sur sa raison sans s'y accrocher : Jensen avait passé l'âge de vivre sous le toit familial. Et puis, s'il se risquait à demander une réponse, il pouvait sans toucher un point sensible. En effet, une possibilité était qu'ils soient morts, mère comme père. Sans se perturber davantage, le jeune geek songea à la manière dont ils gagnaient leur salaire. Comme il l'avait remarqué précédemment, son interlocuteur avait l'âge de vivre seul. Il devait certainement avoir achevé ses études, et être titulaire d'un emploi. Quel emploi pour un joueur de WoW ? Vendeur dans une boutique de jeux-vidéo ? Informaticien, comme lui-même souhaitait un tant soit peu le devenir ? Serveur dans un cyber-café ?

-Tu t'es trouvé un job, ici ? Demanda-t-il.

Nathan ne souhaitait pas être indiscret, ou impoli. Il cherchait à comprendre les raisons de la venue de Jensen à Middle Fawkes certes, mais il ne désirait pas le gêner pour autant. Levant les yeux et attendant une réponse de la part de son partenaire de jeu, Nathan fit parvenir à ses lèvres sa tasse. Elle tiédissait trop vite, et Nathan supportait plutôt mal le café froid. Il avala une nouvelle gorgée, et enchaîna par une seconde. Il préférait ne pas gaspiller sa caféine.


fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
» potins : 380
» double compte : Nope

» age : 33
» emploi/étude : Dessinateur de BD

Can you keep a secret ?
greatest fear ?:
what Bee's thinking.:
avatar
OMG! Jensen Bush is gorgeous!

MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   Mar 20 Nov 2012 - 21:42




Nathan & Jensen

« La vie d'un geek ne tient qu'à un fil, celui du câble Ethernet»




Si t'as besoin de quoi que ce soit, de toutes façons, je suis là pour toi. T'appelles, j'arrive. J'habite au 41, de la Hepburn Street. Même pas besoin de tram des profondeurs pour se rejoindre, classe, non ? Le clin d’œil à WoW fut apprécié par Jensen, qui l’espace d’un instant se revit plonger dans une quête au côté de Bloody_Sky. Quand il réfléchissait aux probabilités de retrouver son compagnon de quête dans la ville où il emménageait il y avait de quoi être surpris, Jensen n’en revenait toujours pas.

Tu t'es trouvé un job, ici ? Jensen se pinça la lèvre inférieure entre ses dents, sa superstition naturelle lui faisait croire que parler de son projet, avant même d’avoir investi physiquement les locaux, pouvait porter malheur. Et dans ce gente là l’homme regorgeait de millier d’autres interdictions poissardes. Cependant … il serait heureux d’en discuter enfin avec quelqu’un autre que sa famille, un ami qui plus est.

Aussi, sa décision fut vite prise. Est-ce que tu vois l’ancien magasin qui vendait des articles de chasse et de pêche entre le distributeur de billet et la boutique de vêtements vintages sur Madison Avenue ? Demanda-t-il en attendant un instant la réponse vocale ou non de son interlocuteur. L’échoppe n’avait pas survécu à l’arrivée de la même gamme de produit dans les grandes surfaces, victime de la grande distribution, il n’était plus tellement rare de voir les petits commerces mettre la clé sous la porte. Rapidement mis en vente les 90 mètres carré avaient vite trouvés acquéreurs même à plus de 300km. Le dicton « Le malheur des fait le bonheur des autres » prenait alors tout son sens. Je vais le transformer en boutique de BD indépendantes.

C’était en quelque sorte sa revanche de dessinateur, Jensen était mieux placer que quiconque pour savoir qu’il était très difficile de percer entre tous les grands noms déjà existant de l’univers comics. Son diplôme d’éditeur lui permettait de faire connaitre les jeunes auteurs en mettant leur œuvre en vente dans les futurs linéaires. Je ne t’ai pas tout dit quand tu m’as demandé la raison de ma venue ici, et bien la voilà. Le prix était attractif et l’étude de marché étrangement favorable. Pardon de ne pas te l’avoir dit directement mais pour le moment ce n’est encore que 4 murs remplis de vide. Et tu risques de trouver cela idiot mais je suis légèrement superstitieux. Cette dernière phrase, fut avouée à mi mots tel un aveu.

Il y avait encore tellement de chose à gérer avant de savoir si ce but pourrait être attient, comme le personnel par exemple. Pouvait-il compter sur les lecteurs de bulles et amateur de Flash Gordon, Batman et autre super héros pour devenir de parfait vendeur de BD ? Il y avait encore trop d’inconnu et malgré l’enthousiasme et l’investissement de l’homme. La crainte de l’échec pesait au-dessus de sa tête.

Au cas où tout ça ne marchait pas tant que mes BD continue de se vendre je suis à l’abri financièrement. Zelda, ma sœur, a déjà trouvé un travail en ville comme serveuse et Rebecca, mon autre sœur, postule un peu partout. En attendant de trouver réponse à ses demandes d’embauches très hétéroclites, cette dernière avait pris le rôle de la fée du logis et y excellait. Pour l’instant il rentrait dans leur frais, mais si le projet de boutique de BD tombait à ‘eau les deux salaires risquait de ne pas couvrir entièrement leur budget pour les traites de la maison qui s’échelonnait encore sur quelques année. Il deviendrait alors urgent que chacun ait un emploi. Mais Jensen ne préférait pas trop penser à cette éventualité, tout se déroulait bien à l’heure actuelle et il n’y avait pas de raison pour que cela change.

Jensen craignait que cette révélation ennuie Nathan. En réalité Jensen n'imaginait pas l'adolescent amateur de comics, dans son esprit il le dissociait du genre de geek qu'il était lui-même. Autrement dit Nathan était de la génération 2.0. Autrement dit son univers devait tourner autour de la high-tech : PC portable, console dernière génération, films HD blue ray, tablette tactile, application et Iphone. Alors que dans la chambre de Jensen trônait sur les étagères de nombreuses figurines de vieux super héros en lycra tout doit sorti de son enfance. Tout comme la maquette de l'ARC-170 starfighter dans l'épisode III de Star Wars : La Revanche des Sith, suspendu au plafond - ce dernier peint de manière à reconstituer les constellations les plus connues. Jensen était persuadé que rien de tout cela n'apparaissaient dans la chambre du brun en face de lui.

Gêné avant même de savoir s'il était dans le vrai Jensen avoua timidement : Mais je ne suis pas certain que tout cela t'intéresse. Un ange passa. Pour ne pas que ce silence pèse sur le reste de leur conversation, il embraillat rapidement sur un autre sujet plus ou moins en rapport. J'imagine que tu es encore au lycée ? De suite, il sourit de sa propre question, elle était aussi barbante que pouvait l'être les questions que les adultes posaient aux personnes plus jeunes qu'eux. C'est à cause de cette pensée que Jensen se rendit compte qu'il ne savait rien de Nathan malgré l'amitié de MMORPlayeur qui les précédaient. C'était étrange d'apprendre à le connaitre d'une autre manière que par écran interposés. Mais il appréciait le peu qu'il avait aperçu de l'adolescent et cela lui prouva que cet effort de sociabilisassion valait la peine ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG! Contenu sponsorisé is gorgeous!

MessageSujet: Re: GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.   

Revenir en haut Aller en bas
 

GEEK + GEEK = MEGAGEEK. / Jensen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 2010 Golden Geek Awards
» Y'a t-il un geek ou un nerd pour m'aider ?
» Golden Geek Awards 2011
» Suck My Geek
» CR 29/11/11 Timeline / Time's Up Geek / Dique Monde Ankh Morpork / DeadWood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ҩ I know what you're keeping. :: play with me :: 
WSA Version 1.0
 :: 
Ϟ Le cimetière des RP
-