Nous préparons la
VERSION 3
WSA FOREVER ♥️

Partagez | 
 

 Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.  Valentina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.  Valentina   Jeu 18 Oct 2012 - 23:02

Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.


Elle jeta un rapide coup d’œil au miroir, et, du geste assuré mainte fois répété, davantage réflexe que geste réfléchi, elle réajusta ses cheveux blonds de cette façon dont elle le faisait toujours. Kevin l’avait toujours taquinée sur ce tic, ce geste à la fois naturel et savant de recoiffer une mèche qui était de toute façon vouée à tomber, condamnée impitoyablement par la gravité de cette Terre. Mais Abigail n’avait jamais su s’en défaire.

Elle tourna la tête, et la mèche retomba aussitôt, lui arrachant un sourire triste. Qu’il était loin, le temps où Kevin la chatouillait sans raisons, où ils finissaient pliés en deux de rire comme deux gamins, frôlant la mort par étouffement à chaque éclat de rire. Il avait fallu renoncer à tout cela. Devenir une « femme mûre » impliquait une vie de couple insipide, une vie de famille à l’agonie, et l’emprisonnent dans le vide oppressant de cette maison de banlieue qui avait été le fruit de leur rêve.

L’horloge indiquait dix heures moins dix. Abi, comme toujours, était parfaitement à l’heure. Peut-être qu’au fond, le problème venait de là : Abi faisait toujours tout parfaitement. En bonne mère de famille américaine, elle était toujours à l’heure, cuisinait avec excellence, s’habillait avec goût et aidait son prochain. Et pourtant, elle se souvenait encore de sa mère qui, ado, lui hurlait dessus parce qu’elle courait perpétuellement pour tenter de ne pas arriver trop en retard, parce qu’elle s’habillait comme elle pouvait, faisant fi des règles les plus élémentaires en matière vestimentaire et chromatique, et qu’elle manquait de brûler la maison chaque fois qu’elle tentait de se nourrir par elle-même.

Mais le moment n’était pas à ces pensées nostalgiques. Elle prit son panier en osier chargé de victuailles dans une main, son sac à main sur l’épaule, et sortit de chez elle. Elle ferma consciencieusement – les temps n’étaient pas sûrs, surtout dans cette suburbia chic de cette ville minuscule – puis se retourna.

C’était une jolie matinée d’automne, fraîche et claire comme Abi les aimait. Le soleil, pâlot mais refusant de s’avouer vaincu face aux moutons grisâtres qui paissaient dans le ciel, éclairait doucement son satellite habité d’une lumière banche apaisante. La brise, fraîche et versatile, vous faisait rougir les pommettes et s’engouffrait sous votre gilet, titillant la peau sensible de votre dos et vous arrachant un frisson. Tout dans ce début de journée respirait la paix, tout en inspirant en même temps au contemplateur distrait une certaine méfiance. L’été mourrait doucement et l’hiver prenait ses droits. La nature s’éteignait lentement, se parant d’une myriade de nuances, du rouge vermeil au jaune ocre, mort somptueuse d’une reine qui s’apprêtait à s’endormir pour plusieurs mois.

Abi, absorbée dans sa contemplation de l’hiver naissant, remarqua juste à temps qu’elle était arrivée devant la maison des Anderson. Elle sourit doucement. Cette journée au moins, elle oublierait. Elle se jetterait tout entière dans cette nouvelle mission, celle d’aider cette future maman à accomplir des tâches qui, dans sa condition, pouvaient se transformer en épreuve finale des jeux olympiques. Elle s’avança dans l’allée soigneusement entretenue, posa son sac en osier et sonna à la porte.

Elle avait rencontré Valentina par hasard. Bien entendu, tout le monde à Middle Fawkes connaissait les Anderson, la famille du maire, épiée de toutes parts. Et bien entendu, la grossesse inattendue et tardive de Mme Anderson avait été mainte fois commentée, tantôt approuvée, tantôt décriée. Abigail s’était contentée de se réjouir, sa nature douce et maternelle l’amenant toutefois à envier légèrement cette femme à qui la vie semblait sourire depuis si longtemps, alors qu’elle semblait s’être détournée d’Abi… Mais la jolie maman Thorpe avait ravalé sa jalousie et n’était plus resté alors que la joie sincère pour cette future maman. Et lorsqu’elle avait vu cette dernière, courageuse et pleine d’entrain, continuer à travailler pour l’association dans laquelle Abi s’était investie, c’était tout naturellement que Mme Thorpe s’était proposée de l’aider.

Depuis, leurs centres d’intérêts communs et les nombreux moments passés ensemble avaient fait leur office, et les deux femmes s’étaient liées d’amitié. Pourtant, alors qu’Abi entendait des pas derrière la porte et que la clé tournait dans la serrure, maman Thorpe éprouva soudain des doutes. Valentina Anderson avait-elle réellement besoin de son aide ? Ou son sourire et ses remerciements n’avaient-ils été que pure politesse ? Ignorant ces doutes soudain et gardant le sourire jovial qui était de mise dans un moment pareil, Abi laissa la porte des Anderson s’ouvrir sur cette journée.



Titre de Michel Polac
Revenir en haut Aller en bas
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Re: Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.  Valentina   Dim 21 Oct 2012 - 22:14



Abigail & Valentina

Okay, laissez moi vous dire une chose, je suis énorme. Non, c'est vrai. C'est pas pour me plaindre ni rien, je suis très heureuse en ce moment. Bien sur si Hellana pouvait être là ça serait mieux, mais je ne désespère pas. En plus, à cause de mon âge... avancé disons, et de la grossesse gémellaire, j'ai du arrêter d'aller au lycée. J'ai a peine fait le premier mois, la rentrée q'uil a déjà fallu que je m'arrête. C'est affreux, je tourne en rond dans la maison. Le pire c'est que je ne peux même plus aller courir. Après avoir vu des milliards de fois toutes les saisons des séries que m'a ramené Jon, je commence sérieusement à ne plus savoir quoi faire. Heureusement, j'ai encore les leçons de piano que je donne et les amis qui passent souvent me voir, sinon, je deviendrais folle. Il y a une personne dont je me suis beaucoup rapproché durant ma grossesse, c'est Abigail Thrope. Avant, ce n'était qu'une vague connaissance, la mère d'une camarade de ma fille, rien de plus. Mais elle se montre plus qu'adorable avec moi depuis quelques mois, n'hésitant pas à me tenir compagnie ou à m'aider dans tout ce que j'entreprends. Et pour être honnête, je ne sais pas ce que je ferais sans sa précieuse aide.

Je suis d'excellente humeur aujourd'hui et je suis bien décidée à sortir de mon lit pour aller... faire quelque chose. Dehors. J'ai besoin de respirer, de marcher, de voir des gens ! Mais rien ne presse me direz vous. Je prends donc mon temps, bois un thé tout en regardant une vieille diffusion de friends puis monte me préparer. J'enfile une ROBE pourpre avec une petite ceinture nouée au dessus du ventre. Avec ceci j'assortis une paire de ballerines et un gilet en laine fine pour ne pas avoir froid. Je me regarde longuement dans le miroir. C'est vrai que j'ai bonne mine, mais les marques de l'âge sont là. Soudain, je prends conscience de beaucoup de choses. Et si Hell avait raison? Si c'était une très mauvaise idée, après tout. Je pose la main droite sur le haut de mon ventre. Serais-je alors trop vieille pour être mère? Sans le vouloir, une larme perle sur ma joue et vient mourir sur la commissure de mes lèvres. Je crois n'avoir jamais autant pleuré que depuis que je suis enceinte des jumeaux. Fichues hormones. Je continue de dire ça, encore et encore, sachant pertinemment au fond de moi que les hormones n'y sont pas pour grand chose. Je secoue la tête pour chasser les mauvaises idées, puis entreprends de me maquiller. J'ai bien besoin de sortir prendre l'air. Zappant les étapes inutiles comme le fond de teint ou le blush, je dépose juste une touche de rose sur mes lèvres et un trait de liner sur mes yeux. Stop, ça suffit. Après avoir passé un coup de peigne dans mes cheveux, je prends mon sac et entreprends d'ouvrir la porte. Seule à la maison, toutes les issues sont toujours fermées. Trouillarde, pas vraiment, mais on ne pourra pas me reprocher un manque de prudence. Je tourne la clef dans la porte et sursaute en découvrant Abi, debout, derrière celle ci. La peur passée, je lui fais un grand sourire et la prends dans mes bras. Une virée shopping, ça te dit ?

© apache.
Revenir en haut Aller en bas
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Re: Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.  Valentina   Sam 27 Oct 2012 - 23:06

Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.


Un large sourire éclaire le visage de maman Thorpe lorsque son amie apparaît dans encadrement de la porte. On aura beau dire ce que l’on veut, Valentina est resplendissante. Un teint de pêche, un regard pétillant, un sourire grandiose. C’est une future maman rayonnante de bonheur qui ouvre la porte à Abigail. Ph, bien sûr, la fatigue imprime ses traits d’une tension impossible à masquer, et son corps semble avoir atteint le maximum de sa résistance. Des jumeaux… Le cœur d’Abi se serre. Elle a toujours rêvé d’avoir des jumeaux… La vie n’a bien voulu lui donner qu’Apple, et faire un enfant ensuite a été impossible. Mais cela, maman Thorpe le garde bien au fond d’elle, enfoui au fond de son cœur.

Mais le grand sourire joyeux de Valentina effaça les doutes d’Abi d’un coup. Elle lui rendit son étreinte, puis, lorsqu’elle se détacha d’elle, souffla doucement :

« Tu es magnifique. »

Sa phrase s’envola dans le vent, emportée comme une feuille morte par la brise fraiche. Cette dernière s’engouffra, pernicieuse, sous le manteau d’Abi, et elle resserra son col d’un geste. Elle avait mis sa veste favorite aujourd’hui, cette jolie veste vert Nil. Un simple jean et ses bottes favorites, avec des talons moyens, complétaient une tenue qu’elle avait voulu, comme toujours, simple et fonctionnelle. Sous sa veste, elle a enfilé sa nouvelle tunique verte à motif. Elle a laissé ses cheveux lâches, se contentant de les coiffer avec soin, les faisant boucler dans le cou. Un peu de mascara, un touche de rose sur les lèvres. L’élégance simple, souvent peu remarquée, d’une mère de famille qui refuse de se laisser aller totalement et s’accroche aux derniers lambeaux se sa coquetterie.

« Avec grand plaisir. Tu veux qu’on prenne ma voiture ? »

Le centre commercial n’était pas très loin, mais de là à marcher jusque là… Surtout qu’elles reviendraient sans doute plus chargées qu’elles ne l’étaient actuellement. Et oui, Abi avait sa voiture. C’était une petite Mini d’occasion, d’un beau vert, mais ça avait été un pas important vers l’indépendance. La fin pour Abi de l’emprisonnement forcé à la maison. Elle adorait cette voiture.

Elle sourit et s’écarta lentement pour laisser passer Valentina, et les deux femmes parcoururent lentement l’allée d’entrée de la maison des Anderson.



Titre de Michel Polac
Revenir en haut Aller en bas
OMG! Contenu sponsorisé is gorgeous!

MessageSujet: Re: Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.  Valentina   

Revenir en haut Aller en bas
 

Moi je me demande encore si la vie, c'est fait pour s'amuser ou pour se rendre utile.  Valentina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» Demande de changement de filière
» Lettre d'excuse et demande d'unban de Amine Devis.
» Hora - 04 février 1457 - C - TOP (Impôts impayés)
» demande conseille hornet prend des tours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ҩ I know what you're keeping. :: play with me :: 
WSA Version 1.0
 :: 
Ϟ Le cimetière des RP
-