Nous préparons la
VERSION 3
WSA FOREVER ♥️

Partagez | 
 

 I can play the perfect husband, if you want. ft. Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: I can play the perfect husband, if you want. ft. Elisabeth   Ven 11 Mai 2012 - 12:03


Cette fois-ci, John avait décidé d'être courtois, de jouer au mari parfait. Il avait prévenu sa secrétaire – avec qui il avait couché quelques semaines auparavant, détail – qu'il partirait vers dix-sept heures car c'était un jour important. Il n'avait pas précisé d'avantage sur l'importance de ce jour. Se dirigeant de nouveau vers son bureau, il était seize heures, et il avait une heure devant lui pour remettre correctement les papiers en ordre. Signant quelques feuilles par-ci par-là, il eut la surprise de voir une cliente de dernière minute arriver... pour se plaindre. Quoi donc? Pendant plusieurs minutes il ne comprit pas: la chirurgie esthétique était parfaite, la poitrine était de bonne taille, il n'y avait pas un défaut, un travail de chef. C'était la perfection. John comprit alors qu'elle voulait encore augmenter la taille, et pour une fois il se surprit lui-même à déclarer qu'il n'en voyait pas l'utilité. Que c'était mieux de rester avec un bonnet pareil, sinon cela serait trop volumineux et elle sentirait le poids. Elle fit une moue boudeuse, mais il ne cédait pas, elle lui demanda alors s'il pourrait lui refaire ses lèvres. L'homme lui dis d'approcher pour regarder, mais il ne voyait pas ce qu'il y avait à faire non plus. Pourtant, il ne pouvait aller à l'encontre de l'envie d'une cliente et il lui proposa de poser un rendez-vous en fin de semaine prochaine pour qu'il voit ça de plus près. C'était une personne d'une cinquantaine d'années, qui cherchait à paraître plus jeune que son âge. En aucun cas, le type de femmes que John adorait fréquenter. Elle partit, l'air ravi, et en regardant l'heure sur le cadran de sa pendule, il se leva en enlevant sa blouse et prenant sa veste pour quitter son bureau. Il ne comptait même plus le temps qu'il passait ici, une grande partie de sa vie sans doute. Il avait refusé maintes fois de finir plus tard que dix-huit heures, pour la simple et bonne raison qu'il souhaitait être quand même présent pour sa vie de famille. Ses filles avaient beau grandir, elles restaient fragiles. Sa femme avait beau par moment l'ignorer, il savait qu'il pourrait la reconquérir et c'était bien ce qu'il comptait faire ce soir.

Cette soirée ne se passait pas du tout comme John l'avait prévu. En rentrant il avait dit à sa femme que ce n'était pas la peine de faire à dîner puisqu'il l'invitait – pour une fois depuis une éternité – au restaurant. Elle l'avait toisé du regard et finalement avec accepter l'invitation. En partant il avait bien certifié à sa fille ainée, que si elle se permettait de sortir alors qu'elle devait garder sa sœur elle aurait la pire punition au monde. Cela faisait déjà une heure qu'ils étaient au restaurant et c'était le silence le plus total. Il commençait à croire qu'il avait failli dans son rôle d'époux. Il ne voulait en aucun cas que la seule conversation du soir serait: passes-moi le sel. Posant ses couverts et buvant un verre de fin, il posa ses coudes sur la table en joignant ses mains et en regardant sa femme: « J'aurai pensé te faire plaisir en t'emmenant au restaurant. A ce que je vois, même avec ça je n'arrive pas à te faire décrocher un sourire. » John la regarda un instant avant de soupirer et de recommencer à manger son dîner. Il ne savait plus quoi faire, oui il avait joué au con mais la dernière chose qu'il souhaitait au monde c'était de la perdre. Il avait beau couché à droite et à gauche, il aimait toujours sa femme, même s'il ne le disait jamais. Sa plus grande peur était sans doute qu'elle avait trouvé le bonheur ailleurs, car combien de fois il ne l'avait pas vu sourire à tout hasard avec les joues légèrement rosies? « Je crois qu'il faut qu'on parle non? » Il faudrait bien un jour, et autant perçé l'abcès tout de suite. Il nierait alors qu'il avait couché avec telle femme, comme toujours, car il savait que le moindre faux-pas pourrait être fatal même si elle ne l'avait jamais quitté. Combien de fois lui avait-il dit que c'était la dernière fois?
Revenir en haut Aller en bas
OMG! Invité is gorgeous!

Invité
MessageSujet: Re: I can play the perfect husband, if you want. ft. Elisabeth   Lun 14 Mai 2012 - 11:52

&

Voilà plusieurs jours qu'Elisabeth ne savait plus où elle en était. Après la discussion qu'elle avait eu avec le maire et qui était accessoirement son meilleur ami, elle n'avait toujours pas trouvé la paix, ni même la solution à son problème. Elle était persuadée d'aimer Daniel, oui. Il avait su la faire rire et s'occuper d'elle comme elle aurait temps voulu que fasse John. John, quant à lui, malgré ces infidélités, était son époux et le père de ces filles. Elle ne pouvait pas le rayer de sa vie comme cela... pas aussi facilement. A une époque, il avait été un bon époux, puis ces travers étaient rapidement apparu. Elle fit semblant de ne pas savoir pendant une longue période. Mais le dégoût qu'Elisabeth avait pour les activités extra-conjugales de son mari l'éloigna de lui. Mais pour autant, cela signifiait-il qu'elle ne l'aimait plus ? rien n'était moins sur. Si elle n'avait plus aucun sentiment, le savoir avec une autre femme ne lui ferait plus mal. Or, c'était bien le contraire. Chacune de ces infidélités supplémentaires lui plantaient un couteau dans le coeur. Ce qui rendait Elisabeht folle, dans tout cela, c'était les mensonges. Les mensonges pour soit disant la protéger alors que cela ne faisait que la dégoûter un peu plus. Mais aujourd'hui, elle se rendait compte qu'elle ne valait pas mieux que son époux. Elle avait à présent un amant. Et même si son histoire avec Daniel était bien différente des aventures de son époux, il s'agissait tout de même d'un adultère. Au fur et à mesure que la situation s'empirait, Elisabeth n'arrivait plus à se voir dans une glace sans se donner envie de vomir. Car en effet, la jeune mère de famille avait conscience que faire un choix détruirait une amitié qui avait débuté bien avant son arrivée... pouvait-elle se le permettre ? elle en était incapable. Pour autant, elle et les deux hommes de sa vie ne pouvaient pas rester dans cette situation.

Elisabeth fut assez surprise de voir que John rentrait tôt, et elle fut d'autant plus surprise de voir que son époux avait décidé de l'emmener dîner en tête à tête. Surprise et ne sachant pas quoi lui répondre, elle préféra ne rien dire. Il fallait dire que la perspective d'un dîner en tête à tête ne l'enchantait pas des masses. Bien sur, elle était encore capable de vivre des moments d'intimités avec son époux, même si elle se sentait souillée par la suite, ne supportant pas l'idée de savoir ce qu'il faisait avec toutes ces femmes. Mais un dîner supposait une discussion et Elisabeth n'en avait pas envie. Elle était loin d'être prête. Ne voyant ce pendant aucune raison de refuser, la jeune mère de famille décida finalement d'accepter la proposition de son mari et décida de le prendre comme un geste de bonne volonté de sa part. Pour l'occasion, Elisabeth n'avait pas pris la peine de se changer. Elle était donc restée avec sa robe stricte de couleur rose pâle qu'elle s'était achetée quelques semaines plus tôt en compagnie de sa meilleure amie, Kate. Elle s'était maquillée de façon naturel, rosant que légèrement ces lèvres à l'aide d'un gloss et avait laissé ces cheveux blonds lâchés.

Après avoir entendu son époux rappeler à l'ordre leur aînée, elle suivit John dans la voiture. Elisabeth ne pouvait pas nier que John était un bon père particulièrement responsable. Non, c'était ce qu'elle considérait une qualité chez lui. Qui plus est, il s'entendait bien avec Arianna, ce qui était loin d'être le cas de la mère au foyer. Arrivée au restaurant, Elisabeth se contenta de suivre son mari dans un silence de plomb, gardant son visage sur le sol. Elle n'avait absolument pas le courage de le regarder dans les yeux. Une fois assise, elle se plongea immédiatement dans son menu, approuvant d'un "mmh" lorsque son mari lui demandait si le vin qu'il venait de nommer lui convenait. Elisabeth, n'ayant pas un grand appétit et préférant partir d'ici le plus vite possible se contenta de commander une salade de chèvre chaud, l'un de ces pêchés mignons. Lorsque le plat arriva, Elisabeth se concentra sur ce dernier et commença à manger. Toujours le nez dans son assiette, elle entendit son époux poser ces couverts et le sentit poser ces coudes sur la table. Elisabeth l'écouta attentivement en arrêtant de bouger ces couverts mais elle garda ces yeux sur sa salade. Reprenant ces couverts, il finit par ajouter qu'ils devaient parler.


-Oui tu as raison, John, nous devons parler. fit-elle en relevant le visage. Combien de tes maîtresses as tu amené dans ce restaurant avant de partir les sauter je ne sais où ?

Elisabeth était restée très calme lorsqu'elle avait dit cela mais elle avait faire preuve d'un grand self-control pour ne pas craquer. Elle avait respirer un bon coup et essayait de faire en sorte que cela l'atteigne le moins possible. Cela avait été plus fort qu'Elisabeth, elle n'avait pas pu s'empêcher de faire cette réflexion, cette même réflexion qu'elle se faisait chaque fois que John l’emmenait quelques part, cette même réflexion chaque fois qu'il rentrait à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
» potins : 772
» double compte : Jules H. McDowell babe

» age : 30
» numéro de maison : La grande coloc' au bout de la rue

Can you keep a secret ?
greatest fear ?: Arachnides
what Bee's thinking.:
avatar
OMG! Hazel B. Monroe is gorgeous!

Admin de la mort qui tue
MessageSujet: Re: I can play the perfect husband, if you want. ft. Elisabeth   Lun 27 Aoû 2012 - 11:08

    Je déplace belle blonde.

_________________

I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OMG! Contenu sponsorisé is gorgeous!

MessageSujet: Re: I can play the perfect husband, if you want. ft. Elisabeth   

Revenir en haut Aller en bas
 

I can play the perfect husband, if you want. ft. Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» How to play skaven?
» The Perfect Captain
» [LNL] NOSB en "print & play" payant
» HoN est free to play!
» Petit coin de rôle-play, version OURS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ҩ I know what you're keeping. :: play with me :: 
WSA Version 1.0
 :: 
Ϟ Le cimetière des RP
-